Tennis extérieur : Engouement record à Saint-Jérôme

Par Luc Robert
Tennis extérieur : Engouement record à Saint-Jérôme

Tennis Saint-Jérôme ne vise rien de moins qu’atteindre un nombre de 500 membres à son organisme, après un début d’inscriptions records de 270 entrées, avant même le début du mois de mai.

C’est du moins le souhait émis par le président de l’association, le volubile Michel Cantin.

« Si on a été capable d’avoir 270 personnes en préinscriptions en ligne, lors d’une seule semaine, je pense qu’on peut atteindre ce but. Ce n’est pas mêlant : avec l’implication de la Ville, de l’association communautaire et des pros, on peut faire pratiquer notre discipline par beaucoup de gens. En prime, on a 150 jeunes membres, sur une possibilité d’environ 14 000 dans la région. Il y a des moyens d’enrôler encore plus de jeunes parmi la relève », a-t-il prédit.

Si la tendance de limitation des cas de la COVID est maintenue, M. Cantin croit que les joueurs de tennis d’ici profiteront d’un bel été.

« La neige a vite fondu et les adeptes sont empressés. Je crois toujours que la date cible du 8 mai, pour débuter les ligues et les cours, sera officialisée si on sort de la zone rouge. Ça s’annonce déjà bien avec la pratique du tennis libre. Il faudra s’entendre avec Saint-Jérôme, pour suivre les consignes de Tennis Québec : 8 joueurs maximum sur les courts, masques et désinfectants, trois balles à usage. Il faudra déterminer si on a vraiment besoin d’un responsable santé sur place, ou si on peut jouer avec par exemple le moniteur d’un groupe. »

Les consignes changeant régulièrement, les adeptes du tennis peuvent suivre l’évolution de celles-ci sur le site de Tennis Québec.

Abordabilité

Tennis Saint-Jérôme joue par ailleurs la carte de l’abordabilité, pour relancer les opérations extérieures en 2021.

« Nous affichons une programmation complète sur notre site internet, que ce soit pour les juniors, les bénévoles ou les pros. À seulement 25 $, nous sommes très abordables pour jouer dans les ligues bénévoles. »

Écoles reconnues

Celui qui est aussi vice-président de Tennis Laurentides entend aussi développer les qualités des adeptes.

« On a réussi un coup de maître en nous associant aux écoles de François Marcotte. Ses enfants, David et Mélanie, sont des diplômés et ils pourront former à la fois les joueurs et les entraîneurs. J’aimerais même que les cours et liguent soient étendus à l’ensemble des municipalités de la MRC Rivière-du-Nord. Il faudrait toutefois que ça passe de 2 à 4 terrains, à Sainte-Sophie, un secteur qui m’inquiète ».

Volonté politique

Michel Cantin espère que la Ville de Saint-Jérôme restaurera ses équipements, vu le nombre grandissant d’adeptes des sports de raquettes.

« Ça prend une volonté politique à mettre les terrains à jour et je vais sensibiliser les politiciens, car nous serons en élections municipales. Au terrain Lupien-Picher (parc de la Durantaye), ça nous prend des terrains refaits et de l’éclairage de soir. Ça nous prendrait aussi un local de vestiaire, pas juste des remises. Ce n’est pas normal qu’on se fasse voler nos squeegies de nettoyage au parc Saint-Georges. Même au domaine Parent, une salle avec table de ping-pong serait aussi un bon investissement. On dénombre 26 terrains à Saint-Jérôme, mais il y un manque de suivi. Le Tennis est souvent le parent pauvre, par rapport aux autres sports, à Saint-Jérôme », a-t-il achevé.

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments