(Photo : Archives)
La couverture d'assurance pour les jeunes joueurs est toujours en vigueur malgré le litige entre Hockey Québec et Hockey Canada.
|

Les jeunes continueront à jouer sécuritairement au hockey

Par Luc Robert

Selon la Fédération de hockey mineur de Saint-Jérôme (FHMSJ) les jeunes patineurs peuvent continuer à disputer des parties et à prendre part à des entraînements sécuritaires, sans crainte que la couverture des assurances actuelles de Hockey Canada (HC) ne soit affectée.

Sa filiale provinciale, Hockey Québec (HQ), a souligné demeurer préoccupée par la situation qui perdure à Hockey Canada, au terme d’une rencontre de son conseil d’administration, tenue le mardi 4 octobre dernier. Les administrateurs ont entre autres adopté une résolution voulant « que toute somme provenant des cotisations de nos membres, outre les frais de la police d’assurances, devrait servir à l’amélioration des services et programmes pour ceux-ci. »

« À ma connaissance, il n’y a pas d’implication au niveau des assurances, même si Hockey Québec a décidé de ne pas fournir les 3 $ d’inscriptions par joueur à Hockey Canada. Les jeunes sont assurés pareils. Ce n’est que la portion cotisation d’inscription qui est retenue par Hockey Québec et nous appuyons la mesure », a souligné le président de la Fédération de hockey mineur de Saint-Jérôme, Martin Labrosse.

Mécontentement des fédérations

Les choses bougent d’heure en heure, à l’échelle nationale, depuis que HC a décidé de garder le même personnel en place pour envisager un nouveau départ de son organisme. Plusieurs fédérations provinciales ont fait savoir leur mécontentement, quant à la gestion du dossier d’une plainte pour agressions alléguées sur une fille en 2018, par des membres d’Équipe Canada junior.

« M. Jocelyn Thibault semble bien gérer le gros navire qu’est Hockey Québec, jusqu’à maintenant. Il y a des réunions et des rencontres via Zoom, qui sont prévues avec les diverses fédérations québécoises sous peu. Ce sont des dossiers délicats, dont toutes les informations doivent être analysées avant de trancher », ajoute M. Labrosse.

Les plus radicaux ont carrément demandé à Ottawa de « nationaliser » Hockey Canada, de réformer totalement l’organigramme, avant de lui permettre à nouveau un financement stable du gouvernement fédéral.

« Vu de loin, on dirait que HC est une grande pyramide, où bien du monde se graisse la patte. On payait pour ça, sans même que les petites fédérations comme nous en soyons conscients. En étant indépendant, HC a le beau jeu. Mais comme partout ailleurs, l’argent reste le nerf de la guerre. Quand tu leur réponds ne pas payer et que cela affecte leur portefeuille, là, il y a des questions qui se posent à l’interne. C’est comme nous, à plus petite échelle, qui retenons des sommes envers Hockey Québec. Quand on veut nous faire payer pour le Temple de la renommée des bénévoles et que nous n’en avons pas chez nous, ou encore qu’on doit sortir des billets verts obligatoirement pour le tournoi de golf de HQ, auquel nous ne prenons pas part, ça ne fonctionne pas. À chaque demande, un p’tit 200 $ par ici, un p’tit 300 $ par là, ce sont des services de moins que nous pouvons payer pour nos jeunes », a détaillé M. Labrosse.

Rappelons qu’au niveau de HC, Hockey Québec déplore qu’un comité conseiller externe du respect et de l’intégrité, formé d’experts ou des spécialistes œuvrant en éducation, en sensibilisation et en prévention de la violence sexuelle, des abus, de l’intimidation et de la discrimination, n’ait pas été mis en place dès cet été, pour accompagner Hockey Canada dans sa démarche et sa refonte.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.