(Photo : Arianne Bergeron)
La capitaine de la Force, Ann-Sophie Bettez.
|

Hockey féminin : L’attaque devra montrer plus de Force…

Par Luc Robert

L’équipe de hockey féminin la Force de Montréal affrontera les Whitecaps du Minnesota cette fin de semaine à l’aréna de la Rivière-du-Nord pour une série de deux parties. L’équipe hôtesse espèce que son attaque inconsistante aura retrouvé ses repères.

La formation de l’entraîneur-chef Peter Smith et de son associé, le Colombanois Pierre Alain, possède une fiche potable de six victoires contre sept échecs, bonne pour le cinquième rang de la Première Fédération de hockey (PHF). Les Américaines viennent au troisième échelon du circuit, avec un dossier 8-4-2. Les deux équipes croiseront le fer samedi à 14 h, puis dimanche à 13 h.

« Le Minnesota possède un bon club et cela risque fort de donner des bons duels. Lors de notre visite là-bas, ils nous ont vaincus 5-2, puis nous avons pris notre revanche 4-1 le lendemain. Si notre attaque anémique débloque, nous serons en mesure de les battre. Avec 36 buts marqués, nous venons à l’avant-dernier rang de la ligue à ce chapitre. Ce n’est pas mêlant, depuis les Fêtes, la majorité de nos entraînements ont porté sur l’attaque. Je suis persuadé que ça va finir par porter fruit », a souligné le pilote Pierre Alain.

Photos : Arianne Bergeron

Une équipe « unie et compétitive » 

Les quatre premières formations au classement accèderont aux éliminatoires. Or, les Whales du Connecticut, après qui les Montréalaises courent pour la dernière place donnant accès aux séries, les ont surclassées vendredi dernier 4-1 (but d’Alexandra Labelle), dans leur fief de la Nouvelle-Angleterre.

« Nous sommes à 9 points des Whales et des séries, mais avec un match en main. Nous avons encore du temps pour les rattraper. Les prochains duels nous permettront de demeurer dans la course, en retrouvant le chemin de la victoire. Après le doublé contre le Minnesota, nous visiterons les deux meilleures formations de la ligue, Toronto et Boston. Nous formons une belle équipe, unie et compétitive. Nous revenons régulièrement de l’arrière et jamais nous n’avons été déclassées dans une partie. Onze de nos matchs se sont décidés par la marge d’un seul but », a-t-il précisé.

La parité semble s’être installée dans la ligue féminine, à la première saison d’existence de la Force.

« Je suis surpris du calibre. N’importe qui peut battre un rival. Nos filles se connaissent bien, pour avoir été coéquipières ou adversaires, au hockey universitaire canadien, avec l’équipe nationale, ou encore dans la NCAA. Jade Downie-Landry domine nos marqueuses. Personnellement, je veux gagner à Saint-Jérôme devant ma famille et mes amis, qui possèdent déjà leurs billets. Même chose pour Kim Deschênes et Ann-Sophie Bettez, qui demeurent à Mirabel et qui vont aussi renouer avec leur entourage à Saint-Jérôme. »

Vent dans les voiles

Le passage de la Force à Saint-Jérôme survient alors que la joueuse Daryl Watts, du Six de Toronto, a dévoilé avoir signé un contrat de 150 000 $ US pour la prochaine saison, soit le meilleur salaire jamais octroyé à une patineuse de la PHF. Il reste à voir si cette signature aura des retombées positives pour les autres joueuses du circuit professionnel nord-américain. Le budget salarial de chaque formation passera l’an prochain de 750 000 $ à 1,5 M$ pour la saisons 2023-2024.

Pour des billets pour les parties de samedi ou dimanche, rendez-vous sur le site web de la Force de Montréal.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *