Sections

Malick Meiga, boursier au football collégial américain

Football scolaire jérômien

Publié le 7 novembre 2017

Le receveur de passes Malick Meiga a impressionné les recruteurs universitaires américains.

©Photo :Courtoisie École Saint-Stanislas

Luc Robert – Collaboration spéciale - Le footballeur jérômien Malick Meiga, des Patriotes de l’école secondaire Saint-Stanislas, obtiendra une bourse d’études complète de quatre années, dès la saison 2019, avec la formation de l’Université de l’Ohio de la NCAA.

Le receveur de passes de l’équipe juvénile (division 1B) des Patriotes a remporté cet honneur après avoir dominé une série de camps d’essais tenus dans cet État américain.

« J’ai participé aux camps pendant deux semaines. L’idée était de déterminer si nous pouvions répéter plus d’une fois nos performances, dans diverses circonstances. J’ai réussi à courir le test des 40 verges en 4,49 secondes, ce qui m’a aidé à obtenir la bourse », a souligné l’athlète de 16 ans, futur étudiant en droit.

Cette offre de bourse, rarement proposée à des footballeurs québécois, sera obtenue après que le colosse de 6 pieds et 4 pouces, 180 livres, aura complété une 12e année de scolarité au John Paul II High School de Tallahassee, en Floride.

« L’offre de bourse est officiellement sur la table. Il faut avoir une 12e année pour atteindre les rangs universitaires et en bénéficier. En Floride, je pourrai m’améliorer pendant 12 mois avant de faire le saut au calibre universitaire. Je remercie les entraîneurs Yves Dossous, qui m’a envoyé aux essais, et Marc-Élie Toussaint, qui a développé ma vitesse. »

Lors de la saison régulière 2017 des Patriotes, Malick Meiga a obtenu 362 verges aériennes en huit parties jouées, ajoutant au passage cinq touchés à sa fiche.

« Son talent force l’adversaire à lui fournir une double couverture. Ça nous a donné plus d’options de passes. Dans les moments cruciaux, le gros attrapé, c’est Malick qui le réussit. Il se démarque grâce à sa vitesse phénoménale », a ébauché l’entraîneur-chef des Patriotes juvéniles, Daniel Lavinscas.

Ce dernier essaie de mettre toutes les chances du côté de Meiga.

« On travaille beaucoup sa force mentale. J’ai déjà envoyé des jeunes aux camps américains. Là-bas, il n’y a pas d’amis. Tu es le Canadien qui vient prendre la place d’un Américain. Le talent brut de Malick ne fait aucun doute. Mais il doit se former une carapace », a prévenu Lavinscas.

Avec les Patriotes, qui ont obtenu un laissez-passer au premier tour des séries avec une excellente fiche de six gains, contre deux échecs, Malick Meiga fait partie d’un duo redoutable.

« Le quart-arrière Marc-Antoine Allard et lui jouent ensemble depuis trois ans. Ils composent notre combinaison aérienne magique. Nous aimons aussi mêler les adversaires, avec nos demi-offensifs Terry Ferguson et Kevin Dionne, et l’apport du demi-inséré Mathis Rioux. 70 % de notre offensive repose sur les jeux au sol », a détaillé Lavinscas.

En demi-finale du football juvénile, les Patriotes recevront l’école secondaire Armand Corbeil de Terrebonne, en fin de semaine (lieu et date à déterminer). S’ils gagnent, les Pats se rendront ensuite au Bol d’Or scolaire, le 18 novembre, au Centre Claude-Robillard de Montréal.

À Terrebonne, chez les cadets, les Patriotes ont remporté une victoire serrée de 15-14, pour être coiffés champions régionaux. Le championnat interrégional aura lieu cette fin de semaine, à Trois-Rivières. Chez les atomes, les Pats ont ridiculisé le Collège Laval 41-7 en finale consolation. Enfin, chez les benjamins, après une saison parfaite de sept victoires, les Patriotes ont réglé le cas d’Armand Corbeil 29-0, samedi soir dernier, dans la neige, en demi-finale. Par ailleurs, au hockey junior AAA, les Panthères reçoivent le Fort de Chambly ce vendredi soir à 19 h. Le vendredi 3 novembre dernier, Frédérick Denicourt a marqué en prolongation dans une victoire de 6-5 des félins sur les Montagnards.