Arianne Forget a remporté la première victoire en Nor-Am en février.

| Par Luc Robert

Des hauts et des bas à Panorama

Après une victoire aux États- Unis, la skieuse de Prévost, Arianne Forget, a connu un début de semaine en dents de scies aux Championnats mondiaux juniors de la discipline, tenus à Panorama en Colombie-Britannique.

Au moment d’aller sous-presse, lundi, l’athlète de 18 ans n’avait pu terminer une épreuve, mais avait de grands espoirs pour trois autres départs.

« J’ai connu un bon début à ma première course samedi, en super-géant. Puis, j’ai viré trop tard et je suis sortie du parcours, après avoir manqué une porte. Je n’ai pas pu terminer cette course. L’ennui, c’est que cela m’a ensuite privée d’une participation au combiné alpin. Ce n’est pas grave. Je me suis retroussé les manches et j’ai des grandes attentes pour les épreuves de lundi à mercredi, soit le parallèle par équipe, le slalom et enfin le slalom géant. Après des jours de pluie en fin de semaine dernière, on s’enligne pour des plus belles températures jusqu’au milieu de la semaine », a-t-elle décrit.

Victoire en Nor-Am

Depuis le début de l’année 2022, la jeune adulte a bien fait sur le circuit Nor-Am.

« J’ai remporté l’épreuve du slalom le 16 février dernier à Whiteface Mountain, dans l’État de New York. Cela m’a permis d’atteindre les 100 points FIS au classement de la Coupe, d’un seul coup (18.02 pour l’épreuve). J’ai aussi pris des 5e positions au slalom géant (15 février) et au combiné alpin (le 14 février). La veille, nous avons réussi une 2e place au combiné alpin », a précisé celle qui chausse des bottes et utilise des skis de marque Atomic.

Arianne Forget explique son émergence par le développement de ses aptitudes à divers types d’épreuves.

« Avant, le slalom géant représentait ma force. Je m’affirme maintenant en slalom régulier. Je suis plus agile et je me faufile plus facilement aux portes serrées. Habituellement, en slalom géant, ça prend des filles plus fortes et corpulentes pour mieux réussir les virages. Ça s’en vient dans mon cas. »

Celle qui dévale les pentes pour Plaisirs Gastronomiques n’a pas eu à subir de pause à la mi-décembre, alors que le variant Omicron a déferlé sur l’Amérique du Nord.

« Jusqu’à maintenant, je touche du bois. Je ne traîne aucune blessure sérieuse et mon calendrier n’a pas été écourté. Je suis le calendrier de l’Équipe nationale, en espérant la percer. Je devrais normalement faire partie de l’équipe NextGen (nouvelle génération), mais le manque de budget a fait que cette équipe n’existe plus. Au moins, je suis au mondiaux grâce à mes commanditaires. »

L’étudiante au Lower Canada College entend modifier son plan de carrière l’an prochain.

« Je continue ma 12e année à LCC, mais je songe fortement à prendre une année scolaire sabbatique en 2022-2023. Mon objectif est de prendre un pas de recul, pour ensuite effectuer un bond en avant, en voulant joindre un programme de ski de la NCAA (circuit universitaire nord-américain). Sinon, j’aspire à devenir membre d’Équipe Canada. »

Après son arrêt au mondial junior en Colombie-Britannique, Forget passera à un calendrier à vitesse grand V en Europe.

« Je partirai pour un périple de six semaines, notamment pour prendre part à l’Europa Cup, avec des manches à disputer en Autriche, en Suisse et en Italie. Je continuerai à participer à la Coupe Nor-Am et au Championnat national également. C’est condensé comme horaire printanier, mais je me sens plus forte et améliorée. On va prendre les manches une à la fois. »

Soulignons que Forget a aussi triomphé en slalom à Craigleith et à Devils Glen, les 3 et 4 février.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.