(Photo : Dinelle Baseball)
Le gérant Dan Norman (ex-voltigeur des Expos), Dominic Dinelle et Gilberto Rondon (entraîneur des lanceurs) préparent la première saison des Barnstormers de Chatham-Kent.
|

Baseball indépendant : Le rêve devient enfin réalité pour Dominic Dinelle

Par Luc Robert

L’homme de baseball Dominic Dinelle caressait depuis longtemps le rêve de posséder sa propre équipe de baseball professionnelle. Après des montagnes russes avec les Devils et le Royal à Saint-Jérôme, le voilà bien aux commandes des Barnstormers de Chatham-Kent, en Ontario.

L’ex-Colombanois maintenant domicilié à Sainte-Sophie occupe aujourd’hui le poste de président de cette équipe de la Ligue inter-comtés (IBL), un circuit indépendant.

« C’est certain que ça fera différent de gérer de la business dans un bureau, au lieu des joueurs sur un terrain. On va essayer de faire une saison sans perte monétaire, le but étant de récolter des profits à la troisième année. Je me suis tout de même gardé une petite gâterie, soit celle de diriger les pratiques du matin avec les boys, surtout les joueurs d’intérieurs. Tu ne sors jamais un entraîneur totalement du terrain », a-t-il rigolé.

Plusieurs démarches

Après avoir sondé le terrain dans les Maritimes et en Estrie, avoir été en contact avec des ligues américaines indépendantes, Dinelle s’est finalement vu attribuer une franchise de l’expansion en Ontario. 

« Dès 2006, j’occupais un poste d’entraîneur des Majors de London, dans la LBL. Je me suis dit dès lors que je voulais avoir mon club dans cette ligue. L’atmosphère me rapprochait le plus de ce que je veux diriger. J’ai essayé d’acheter le club de Brantford, aussi réputé que les Yankees dans le baseball indépendant, mais ils demandaient rien de moins que 100 000 $. Ouf ! De fil en aiguille, j’ai eu des pourparlers avec Welland, Niagara et Sainte-Catherines. J’avais mis mon projet sur les tablettes, quand le Commissaire de la ligue et moi sommes entrés en contact de nouveau, vers 2019. Ça a pris quelques années de plus à ficeler tous les fils avec le circuit et la ville, mais là, c’est officiel. On commence le 17 mai à l’étranger, puis le 18 mai face aux Panthers de Kitchener, pour notre ouverture officielle à Chatham. »

Un nouveau stade

Le stade Ferguson Jenkins s’est refait une peau neuve pour la venue du nouveau club.

« Le stade avait une capacité de 300 sièges. On a fait ajouter 600 places assises, en plus d’une clôture portative. On s’attend à 3 000 personnes pour l’ouverture officielle. Un écran géant de 40 pieds sera même installé à l’extérieur du stade pour ceux qui ne pourront entrer, vue la capacité sécuritaire maximum de spectateurs à respecter. »

Collaboration

Dinelle a eu l’aide des anciens Expos, des années 80, Bill Atkinson et Dan Norman, pour mener à bien son nouveau projet de balle.

« C’est aussi la concrétisation d’un rêve d’être entouré de vrais pros. Les autorités locales de Chatham et le baseball mineur nous ont grandement aidés à nous implanter ici. Mis à part mon accent français, qu’ils trouvent bien comique, on est parvenu à très bien s’entendre. Les rénos et le soutien de la Ville sont très appréciés. »

La saison approche

L’ancien employé de Baseball Québec estime que sa formation deviendra compétitive dès le milieu de saison 2024.

« On devra s’habituer à l’excellent calibre, qui ressemble à celui de la Ligue Frontière (Capitales de Québec et Aigles de Trois-Rivières). On profitera de joueurs qui ont une longue expérience en circuit indépendant, alors que d’autres en seront à leur premières armes. L’idée est de réduire l’écart entre les divers niveaux des joueurs. Seulement 8 % des effectifs proviennent des collèges américains. On misera sur le lanceur dominicain Henry Henry au monticule. On parle d’un géant de 26 ans, qui fait 6 pieds et 6 pouces. Ses balles rapides bougent beaucoup. Son agent nous a contacté et nous avons aussitôt démontré de l’intérêt », a spécifié le propriétaire d’une mini-ferme à Sainte-Sophie.

Après avoir fait des arrêts au Cap-de-la-Madeleine et un peu partout dans l’Est-canadien, la roulotte de Dom Dinelle s’établit cette fois dans le sud-ouest ontarien.

« On a loué une maison, où le gérant Dan Norman et un joueur seront hébergés. Je couche comme d’habitude dans ma roulotte, dans le stationnement. La famille suivra en juin. On découvre les environs. Avec tout le personnel d’expérience, on visera les séries. Ce sont 8 des 9 clubs s’y qualifient. On s’ajuste à tous les jours aux défis », a terminé Dinelle. 

À noter que le Jérômien Ronald Lécuyer agit à titre de responsable du marketing de l’équipe des Barnstormers.

 

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *