Ski acrobatique : Émile Nadeau officiellement membre d’Équipe Québec

Par Luc Robert
Ski acrobatique : Émile Nadeau officiellement membre d’Équipe Québec
Émile Nadeau s’apprête à s’envoler sur la rampe du Lac Beauport. (Photo : Christian Nadeau)

Luc Robert, collaboration spéciale – Émile Nadeau, de Prévost, a atteint un de ses buts: il fait maintenant partie d’Équipe du Québec de saut à ski acrobatique, tout en étant classé «élite» par sa fédération.
L’été a encore été chargé pour le jeune Nadeau, avec six semaines passées sur les rampes d’eau du centre national d’entraînement Yves Laroche, au Lac-Beauport. «C’est plaisant d’avoir une légende telle que Nicolas Fontaine comme entraîneur. Il m’a suivi de près tout l’été, aux sauts à la rampe d’eau», a confié l’étudiant de troisième secondaire. Le plan d’entraînement du camp estival a été respecté, en montrant une belle progression technique avec, en conclusion, la qualification plusieurs doubles sauts périlleux arrières, sur le tremplin double.
Malgré tous ces efforts en entraînement, les résultats des compétitions estivales sur rampes d’eau n’ont pas été ceux escomptés. Une blessure au tendon d’Achille l’a aussi tenu à l’écart pendant trois semaines, en fin d’été. «C’est réglé. C’était un genre de contusion-étirement. Le physiothérapeute m’a remis sur pieds».
L’entraînement de cet automne, quant à lui, a comporté du trampoline, du plongeon, de l’escalade, de la musculation, du cardio, en plus des rampes d’eau en septembre et octobre. Cet hiver, il effectuera ses premiers sauts sur neige, au tremplin double et tentera de qualifier les trois mêmes sauts que sur les rampes d’eau. «Avec les chutes abondantes de neige en novembre, Sommet Saint-Sauveur croit pouvoir installer un tremplin à ski avant le mois de décembre. Nous pourrons donc nous entraîner plus tôt dans de conditions réelles».

Changement d’école

Émile Nadeau a fait ses deux premières années du secondaire en concentration-ski, à l’école A.-N. Morin de Ste-Adèle. Il a maintenant décidé de poursuivre ses études à l’école Saint-Gabriel, de Sainte-Thérèse qui offre un programme complet «sport-études» de ski acrobatique, sauts et bosses. «J’ai décidé de me consacrer entièrements aux sauts et de cesser les bosses. En 2017, je me sentais moins motivé aux bosses. Ma force se trouve aux sauts et je progresse. Mes amis de l’équipe du Québec sont presque tous à l’école Saint-Gabriel. Je pense que c’est un environnement gagnant».
Le programme de l’école Saint-Gabriel offre 450 heures d’entraînement spécialisé, durant l’année scolaire, sans compter tous les entraînements avec l’Équipe du Québec.
Horaire hiveral
La prochaine saison sur neige du multiple médaillé en 2017 sera elle aussi intense, avec entre autres à l’horaire: 14 jours d’entraînement avec l’Équipe du Québec à Park City, au Utah, deux compétitions de niveau NorAm: une à Lake Placid, et l’autre au Relais du Lac-Beauport. Il sera aussi présent au US Freestyle Championship – Aerial à Lake Placid, à deux compétitions provinciales au Relais et au Sommet-Gabriel, au championnat canadien jr au Relais et au championnat québécois.
Le développement d’un athlète, en saut à ski acrobatique, prend normalement une dizaine d’années, pour atteindre le niveau de la Coupe du monde. Le jeune Nadeau, 15 ans, est en avance sur les objectifs de progression fixés par la fédération. «On me dit que j’ai un an d’avance, par rapport mon âge, selon la progression habituelle d’un sauteur à ski acrobatique. C’est flatteur. Je veux continuer dans la même veine».
Durant son été, Émile a dû monter plus de 30 000 marches, au Lac Beauport, pour grimper les rampes, afin d’effectuer tous ses sauts.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de