Savoura : Un an après la tragédie d’hélicoptère

Par Nathalie Dansereau
Savoura : Un an après la tragédie d’hélicoptère
Stéphane Roy président directeur général de Savoura, disparu dans un accident d’hélicoptère avec son fils Justin en juillet 2019. (Photo : Denis Michaud )

Un an après la disparition de Stéphane Roy et de son fils Justin, le nouveau président du Groupe Sagami-Savoura, Richard Dorval, nous accorde sa première entrevue publique depuis son entrée en poste.

 

Le 11 juillet dernier, les recherches entourant l’hélicoptère disparu du PDG de Savoura ont causé tout un émoi dans la communauté. Quinze jours plus tard, les deux victimes sont trouvées à proximité du lac Valtrie dans les Laurentides. Les résultats d’enquête indiquent que la balise de repérage – qui aurait dû servir à les trouver plus rapidement – était défaillante.

Richard Dorval, alors directeur général de production, revient sur cet épisode tragique : « C’est sûr qu’à l’annonce tout le monde était bouleversé. Il a fallu se retrousser les manches. Travailler très fort. Il fallait poursuivre le désir de Stéphane… pour que la compagnie continue. Avec 400 employés dévoués à leur travail, il n’était pas question de baisser les bras! »

Une transition réussie

Caroline Dalpé, la conjointe du défunt déjà cadre dans l’entreprise, et Peggie Clermont ont assuré la période de transition avec brio à titres respectifs de directrice générale et de présidente du conseil d’administration. Le plan de match était d’assurer la pérennité de l’entreprise et de rassurer les parties prenantes.

« La conjointe de Stéphane a été très forte dans les circonstances. Elle est encore avec nous et elle fait partie intégrante de la direction, assure Richard Dorval. Elle est là à 100%, je peux vous le dire », ajoute-t-il avec conviction.

D’ailleurs, peu de temps après le décès de Stéphane Roy, le Cerizo Bio sans emballage, a pris son envol sur le marché avec seule-ment deux mois de préparation. « Les gens aiment beaucoup leur fraicheur. Une grande différence avec les tomates importées », souligne M. Dorval.

Reprendre les rênes en pleine pandémie

Depuis le 1er mai 2020, la nouvelle structure est formée d’un trio québécois. Richard Dorval a pris la présidence du Groupe Savoura, Caroline Dalpé est devenue vice-présidente à la direction, et Pat Calabretta a été recruté pour occuper le poste de vice-président aux ventes.

À peine remis du départ de son PDG, le Groupe Sagami-Savoura a dû faire face à la Covid-19. Comme toutes les entreprises agricoles les ajustements sont nombreux. « Après une année difficile, on a eu un printemps difficile », dit Richard Dorval avec le sourire.

L’entreprise qui exploite 32 hectares de culture sur 10 sites de production au Québec a accueilli ses quelque 250 travailleurs étrangers au compte-goutte. Une période de 14 jours de quarantaine à l’extérieur des sites de production entraine des coûts supplémentaires. La désinfection et les mesures de sécurité surpassent les normes exigées. Heureusement aucun de cas de Covid n’est survenu depuis le début de la pandémie.

« La santé de nos travailleurs, c’est la priorité. On les accompagne dans leur sortie, comme pour aller faire l’épicerie. On diminue les contacts avec l’extérieur le plus possible. C’est difficile, mais ils ont accès à Internet pour communiquer avec leur famille et à des soutiens psychologiques au besoin », affirme M. Dorval sur un ton qui se veut rassurant.

Perspective d’avenir

À court terme, les fameux plans de tomates Savoura ont vécu trois périodes de canicule quasi successives. La chaleur cause des avortements de tomates qui ne pousseront pas. Richard Duval s’attend donc à une diminution de production qui sera visible au mois d’aout.

À moyen et long terme, le nouveau président, agronome de formation, possède une vision centrée de travail d’équipe : avec équipe de direction complémentaire, où chacun utilise ses forces, et des employés engagés, libres d’apporter des idées au plus haut niveau.

Il veut continuer de faire de Savoura une marque numéro 1 au Québec en misant sur des variétés de tomates aux qualités gustatives très importantes, tout en maintenant le cap sur le virage écoresponsable autant dans la façon traditionnelle de produire (le plus naturellement possible et sans pesticides chimiques), que dans la production biologique et dans l’emballage.

Questionné sur des projets d’agrandissement et d’expansion, Richard Duval nous indique que des annonces doivent se faire dans les prochains mois en lien avec l’objectif ‘’zéro plastique’’ et le développement de l’entreprise. « On a toujours des projets, on carbure à ça! », répond-t-il en des termes sibyllins.

Sagami – Savoura – Savoura Bio en chiffres

16 millions de kilos de tomates

400 employés

10 lieux de production situés : au Saguenay, en Estrie, en Gaspésie, en Montérégie, dans les Laurentides, en Mauricie, dans Charlevoix et à Québec

6 variétés de tomates cultivées en serre

+ Saviez-vous que Savoura commercialise aussi des mini concombres biologiques et des fraises hivernales?

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Serge
Serge
3 months ago

Cest une tragédie pour un homme plein de rêves et que sa cie avancais vers le futur et la mort de son fils ,,mais hélas son ex conjointe qui a perdu son unique fils elle est en derappe de la vie .brr on l’oublie brr…

sylvie fougere
sylvie fougere
3 months ago

tres beau et c est chez nous encouragez nos travailleurs