Samuel Savoie a rapidement fait son nid chez les Cardinaux

Par Luc Robert
Samuel Savoie a rapidement fait son nid chez les Cardinaux
À Acton Vale, Samuel Savoie a expédié une balle à la piste d’avertissement. (Photo : NATHALIE MICLETTE)

LBMQ

Luc Robert, collaboration spéciale
Le joueur d’avant-champ Samuel Savoie représente bien le nouveau visage des Cardinaux : polyvalent, talentueux, mais surtout respectueux de son sport, le baseball.
Les amateurs pourront le voir à l’œuvre, ce dimanche 8 juillet à 14 h, alors que le Big Bill de Coaticook visitera Saint-Jérôme au parc Melançon.
Le principal intéressé ne s’en cache pas. Après avoir subi une sévère blessure en 2015, il bénit le ciel de pouvoir encore pratiquer le sport qu’il affectionne.
« En 2015, j’ai reçu une intéressante bourse du Iowa Junior College. Mais une déchirure à l’épaule a tout remis en question. L’entraîneur m’a dit que je ne pourrais pas faire l’équipe. »
Ne se laissant pas abattre, Samuel Savoie a décidé de joindre l’utile à l’agréable, en gérant l’Académie de baseball des A’s, à Terrebonne, avec son ami Ian Asselin.
« Plus jeune, je participais à des camps partout en province. L’idée nous est venue de nous associer et de créer l’Académie. Voilà maintenant six ans que ça dure. Chaque hiver, nous entraînons plus de 100 jeunes à l’intérieur, à Terrebonne. »

Retour en force

Après une belle carrière junior avec les Bisons de Saint-Eustache et les Ailes du Québec, le no 12 des Cardinaux enseigne maintenant auprès des Cimes de Saint-Jérôme, dans le programme sport-études.
Repêché dans la LBMQ par les Expos de Sherbrooke, Savoie ne se voyait pas percer en Estrie. C’est aux camps printaniers des Cimes, à Vero Beach, que les choses ont changé.
« Jean-Pierre Maria, des Cardinaux, me disait de persévérer. Puis, il m’a appris que François Rousseau (DG des Cardinaux) avait obtenu mes services à Saint-Jérôme. Cela m’a rendu heureux, mais avec d’excellents vétérans défensifs, je craignais d’être un réserviste pendant deux ans. J’ai vu ça comme un défi et je me suis relevé les manches. »
Arrêt-court naturel, Savoie excelle aussi au deuxième coussin. Au bâton, il s’est rapidement fait un nom, en claquant un grand chelem.
« Je ne suis ni un frappeur de puissance ni un coureur rapide. J’essaie de courir intelligemment sur les sentiers. Présentement, je sens bien la balle sur le bâton. J’ai pris de la masse musculaire depuis le secondaire, mais mon succès à la plaque repose sur des éléments techniques. Je dois un coup de chapeau à Jean-Luc Blaquière, des Brewers, qui me sort toujours des périodes creuses au bâton. »
Par ailleurs, les Cardinaux ont échangé Alexandre Rousseau et un choix conditionnel de deuxième ronde à Saint-Jean, en retour du receveur de 23 ans Christopher Stanford. « Il réside à Candiac. Il possède un bras canon. Stanford a été nommé sur l’équipe d’étoiles du Futures Collegiate Baseball League », a analysé le DG François Rousseau.

Le regard perçant de Samuel Savoie n’a d’égal que sa fougue au champ intérieur.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de