Saison 2018 : Le réemploi en hausse dans les écocentres

Photo de France Poirier
Par France Poirier
Saison 2018 : Le réemploi en hausse dans les écocentres
Le réemploi es est de plus en plus populaire. (Photo : couroisie)

Les écocentres de la MRC de La Rivière-du-Nord ont connu une hausse concernant le réemploi. L’ensemble des matières déposées par la population dans les écocentres représente 1 224 tonnes.
De ce nombre, près de 40 % des matières ont été rachetées à bas prix par les citoyens. Ces objets en bon état ont une seconde vie et évitent ainsi l’enfouissement.
Dans le principe des 3 RV-E (réduction à la source, réutilisation, recyclage et valorisation), le réemploi suit l’étape de la réduction à la source et devance le recyclage. Il permet de prolonger la durée de vie utile des biens tout en réduisant le gaspillage des ressources naturelles.
« Nous sommes parmi les seuls écocentres au Québec à être aussi actifs sur le plan du réemploi. D’ailleurs, les écocentres ont été créés en 2005, avec l’idée de favoriser le réemploi et de l’optimiser. Cette pratique écologique fait donc partie de notre ADN et est fortement ancrée dans notre gestion opérationnelle. De même, elle encourage la consommation responsable des citoyens », déclare Alain Bellay, directeur général des écocentres.
Au total, en 2018, les revenus autogénérés provenant du réemploi et du recyclage atteignent 402 000 $ et constituent 44 % du budget annuel de 900 000 $ des écocentres. À elles seules, les ventes issues du réemploi ont permis aux cinq écocentres de réaliser des revenus autogénérés de 341 000 $, soit presque six fois plus que les revenus provenant du recyclage. « Ce qui est particulier, cette année, c’est qu’avec un achalandage équivalent à celui de 2017, soit près de 100 000 visites, les écocentres ont réussi à accroître de 18 % leurs revenus autogénérés par le réemploi. Chose certaine, plus nos revenus autogénérés augmentent, plus la quote-part annuelle à payer des municipalités diminue, et plus les citoyens en bénéficient », conclut M. Bellay.
Les efforts déployés par les écocentres au cours des dernières années ont permis d’éviter le plus possible l’élimination. C’est en tout dernier recours que les matières sont dirigées vers l’enfouissement : 8,4 % en 2018, ce qui est minime par rapport à l’ensemble des matières traitées.

À quoi servent les revenus de la vente des matières?

Développement durable Rivière du Nord est un organisme à but non lucratif mandaté par les cinq municipalités de la MRC de La Rivière-du-Nord pour gérer les cinq écocentres sur le territoire. Les revenus autogénérés obtenus par la vente des matières servent donc à réduire la quote-part annuelle à payer par les municipalités pour la gestion des écocentres.

En bref

  • Cinq écocentres
  • 100 000 visiteurs
  • Budget de 900 000 $
  • Revenus autogénérés de 402 000 $
  • 1224 tonnes de matières apportées
  • 40% des matières rachetées pour une seconde vie
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de