(Photo : Nordy - Sébastien Fleurant)
Le maire Marc Bourcier et le conseiller Jean Junior Désormeaux ont apprécié que les prix du terrain de balle aient été 2 M $ plus bas que prévu lors de l’ouverture des soumissions.
|

Parc Jacques-Locas : Un terrain de baseball à partir de noix de Grenoble

Par Luc Robert

Le conseil municipal de Saint-Jérôme a adjugé le contrat de construction et d’aménagement du nouveau terrain de baseball synthétique de la rue Filion à un consortium régional, lors d’une séance extraordinaire tenue le 29 avril dernier.

C’est par un vote de 8 voix contre 4 que les édiles se sont prononcés en faveur du projet. Seuls Jacques Bouchard (district 3), Marc-Antoine Lachance (district 8), André Marion (district 9) et Mario Fauteux (district 10) ont voté contre la résolution.

Bien qu’envisagé depuis belle lurette, le projet a fait l’objet de modifications en cours de route. Les ingénieurs impliqués dans la conception ont demandé plusieurs tests, pour déterminer les meilleurs procédés et techniques à utiliser pour sa réalisation.

« Un section du futur terrain se trouvait au-dessus du dépotoir. Nous devons donc creuser plus creux dans un secteur précis, pour évacuer les déchets vers un site d’enfouissement. L’idée est d’aller chercher le sol naturel, au fond, pour offrir une stabilité à la future surface. Se rendre jusqu’au solide a représenté un imprévu à cet endroit, mais les travaux permettront de garder l’ouvrage stable à long terme. De même, le granulaire retiré lors des travaux servira ailleurs dans le projet, peut-être dans le mélange d’asphalte du stationnement et du chemin d’accès. Nous avons préféré une technologie avant-gardiste, que l’épée de Damoclès qui nous pendait au-dessus de la tête. Ce sont 100 000 tonnes d’abrasifs, à 80 $ la tonne, que nous aurions eu à disposer, en utilisant une autre option. En bout de ligne, nous réaliserons des économies avec notre décision et ce sera sécuritaire », a prévu le maire de Saint-Jérôme, M. Marc Bourcier.

Deux possibilités

Les autorités municipales se sont penchées sur deux possibilités de surfaces synthétiques. La première était composée de résidus de pneus recyclés, alors que la deuxième présente une nouvelle technologie à base de noix de Grenoble. Cette dernière surface permet de faire descendre la température de 10 degrés, alors que celle des pneus réchappés pouvait augmenter le mercure de plusieurs degrés sous un soleil de plomb.

« Le nouveau procédé coûte un peu plus cher, mais les billes de noix de Grenoble vont remplacer plus adéquatement l’idée de l’ancienne technologie. Le procédé est plus écologique et naturel. C’est ce qui se rapproche le plus du gazon naturel. Le directeur général de Baseball Québec, Maxime Lamarche, est venu par le passé expliquer aux gens des loisirs et du génie ses implications. C’est sous les recommandations de nos deux services et des experts que la décision d’y aller avec la noix de Grenoble a été retenue », a-t-il poursuivi.

Une des particularités de la surface se retrouvera à la piste d’avertissement du terrain. Cette piste sera conçue d’un matériel à texture différente du reste du terrain. Les joueurs sauront ainsi qu’ils approchent de la clôture et cela préviendra les blessures en foulant ce secteur.

« C’est un procédé dont l’École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal possède les droits d’utilisation. Il n’y a que le stade Gary Carter de Montréal qui mise sur ce nouveau procédé rafraîchissant. De plus, la Ville a acheté un espace de deux millions de pieds carrés autour du terrain de balle envisagé, pour protéger la nature et le milieu humide à proximité. Notre soucis de l’environnement demeure très présent dans le dossier. »

Échéancier rapide

Si les travaux ne connaissent pas trop d’autres imprévus, le terrain synthétique pourrait être livré assez rapidement à la Ville de Saint-Jérôme.

« Il s’agit pour nous d’un projet standard. Nous effectuons déjà du génie civil pour le Ministère des Transports, des municipalités et des centres se services scolaires. Si tout va comme prévu, le terrain pourrait être complété avant Noël 2024. Ça nous a pris environ trois semaines à préparer les devis. Nous ne faisons pas de conception : nous réalisons les travaux envisagés », a commenté M. Pierre Morin, ingénieur et co-propriétaire de Construction Cusson-Morin de Saint-Canut. Dans ce projet, il est associé à GTR Turf/Équipe Rochon inc., à titre de sous-traitant pour la surface.


Soumissionnaires 

  • Firme retenue : Construction Cusson-Morin de Mirabel (avec GTR Turf/Équipe Rochon inc., sous-traitant de Saint-Colomban)
    • Option 1 (écartée): 6 544 561,64 $ (aménagement de terrain et surface pneus recyclés).
    • Option 2 (retenue): 6 779 085,39 $ incluant taxes (aménagement de terrain et surface noix de Grenoble).
  •  Verdure
    • Option 1 : 6 812 127,91 $
    • Option 2 : 7 169 700,16 $
  • GSF
    • Option 1 : 7 382 419,90 $
    • Option 2 : 7 797 423,15 $
  • Charex 
    • Option 1 : 6 926 466,87 $
    • Option 2 : 7 346 743,31 $
  • Lanco
    • Option 1 : 7 621 743,31 $
    • Option 2 : 8 254 105,84 $

 

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *