Saint-Jérôme : Le parti « Avenir Saint-Jérôme » à l’assaut de la mairie

Par Luc Robert
Saint-Jérôme : Le parti « Avenir Saint-Jérôme » à l’assaut de la mairie

Ancien député provincial et conseiller municipal bien connu, M. Marc Bourcier s’est officiellement lancé dans la course à la mairie de Saint-Jérôme, en vue du scrutin du 7 novembre prochain, sous la bannière du nouveau parti municipal « Avenir Saint-Jérôme ».

L’annonce a été faite le jeudi 4 février, lors d’une conférence de presse virtuelle. La formation est présidée par M. Richard Lalonde, un ancien enseignant de l’Académie Lafontaine.

« Eh bien oui (…) je me porte officiellement candidat à la mairie de Saint-Jérôme, sous la bannière du parti Avenir Saint-Jérôme. Ma décision fait suite à une très longue période de réflexion. (…) Je n’ai vraiment pas aimé ce que j’ai vu et entendu au cours des dernières années. Il est plus que temps que l’on parle de Saint-Jérôme pour les bonnes raisons », a claironné M. Bourcier d’entrée de jeu.

« J’ai accepté d’être chef d’un parti, parce que j’ai la ferme conviction de pouvoir changer les choses, la façon de penser et les façons de faire. Tous ensemble, il nous faut doter l’hôtel de ville d’une nouvelle culture politique. On va y arriver, parce que comme jamais auparavant, nous respecterons au départ les choix de la population, en revalorisant le rôle du conseiller municipal, qu’elle aura désigné pour la représenter ».

Tous égaux

Le candidat Bourcier entend rallier toutes les voix à la cause municipale.

« Une fois l’élection passée, il n’y aura plus de parti politique à proprement parler. Il n’y aura au conseil de ville que des femmes et des hommes libres de penser, libres de parler, et ce, même si c’est pour signifier leur désaccord. Grâce à cette nouvelle culture qui prévaudra à l’hôtel de ville, ce sera : finies les games politiques, finis les jeux de coulisse, finis les power trips ! Tous les conseillers et conseillères seront traités(es) également, peu importe leur allégeance politique », a-t-il promis.

Pas de ligne de parti

Le candidat Bourcier espère annuler le rôle de figurant à l’hôtel de ville.

« À Saint-Jérôme, il y a actuellement 12 commissions et 12 postes de conseillers. Donc, à moins qu’il ne le désire pas, chaque élu municipal aura sa commission, sa charge et ses responsabilités, peu importe qu’il vienne ou non d’un autre parti. Et finie la figuration, il participera activement aux affaires courantes municipales. Il n’y aura pas de ligne de parti, sinon le droit pour tous de s’exprimer et de voter selon leur âme et conscience. »

« Toute résolution ou proposition sera débattue entre tous et toutes et présentée ensuite en assemblée du conseil, où les opposants pourront signifier et expliquer leur désaccord. »

Bourcier estime que ce ne sera pas la volonté du maire qui prévaudra, mais bien celle de la population, et ce, par le biais des conseillers et conseillères qu’elle aura envoyés au conseil municipal.

Changer de culture

Ce changement d’implication des élus devra se faire dans le cadre d’un processus.

« Pour amener ce changement de culture, il faut prendre le pouvoir (…), si on veut le remettre entre les mains de tous. Nous deviendrons un exemple pour toutes les municipalités du Québec, qui nous observent depuis des mois. C’est le cœur de notre programme électoral. C’est ça qu’on propose à la population, qui est tannée des chicanes stériles. De plus, chacun, à tour de rôle, sera nommé pro-maire et présidera les assemblées du conseil municipal. »

Futures annonces

Avenir Saint-Jérôme entend dévoiler sa plate-forme à la population, au fil des semaines à venir, de même que l’identité des futurs candidats et candidates.

« Je n’ai jamais proféré d’attaques personnelles sur la place publique et ce n’est pas aujourd’hui que ça va commencer. (…) La population est tannée des insultes à la Donald Trump et désire une saine et franche discussion sur la place publique. Cela signifie qu’à compter du 7 novembre prochain, rassembler, échanger, discuter librement, de même qu’avec nos partenaires, les maires des villes voisines, sera la manière de faire à Saint-Jérôme », a prévu le candidat. « Ce sera le début des réparations et du changement de culture politique.  Ce sera l’une des élections les plus importantes de notre histoire : (…) Saint-Jérôme ne sera plus jamais la même. »

Argent redistribué

Le parti Avenir Saint-Jérôme entend par ailleurs prêcher par l’exemple.

« La première mesure que nous mettrons en place sera de non seulement geler le salaire du maire pour les quatre années de son mandat, mais aussi d’en soutirer annuellement 23 600 $ et de redistribuer cette somme à des organismes communautaires, sociaux, sportifs et culturels de Saint-Jérôme.

En baissant autant le salaire du maire, nous ramènerons sa rémunération à ce qu’elle devrait vraiment être, si on la compare à ce qui se fait dans d’autres villes de taille similaire. »

« Quant au salaire des conseillers et conseillères, je m’engage à proposer par résolution un gel de leur rémunération annuelle pour 2021, résolution sur laquelle ils auront à voter immédiatement après l’élection du 7 novembre prochain. En ces temps difficiles, il faut donner l’exemple à toute la population, en contribuant à l’effort budgétaire municipal. »

Bourcier a eu un mot pour les citoyens, aux prises avec les difficultés de la pandémie.

« Pour terminer, je voudrais saluer le courage et la résilience des gens de Saint-Jérôme. Le meilleur est à venir, et lorsque cette période sera terminée, je rêve déjà au moment où nous célébrerons la fin de cette épreuve, tous ensemble ! »

 

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Yves stonge
Yves stonge
1 month ago

Saint-jerome vous ne savez pas dans quoi vous vous embarquez . Je connais pas l ancien maire , ni le nouveau mais une chose cette technique ne vous amènera nul part … c est comme d avoir plusieurs chefs sans que personne décide .

La seule chose que je peux dire , je suis de blainville et on entendait votre ville en bien mise à part les chicanes internes comme dans toutes les.villes . Elles semblaient investir dans son centre ville ou je connais plusieurs qui voulait y investir …

Votre ancien maire à voulu choisir son équipe en mettant dehors des élus. Est-ce un crime.de.guerre ? Beaucoup pire d autres ont fait… ça porte à réflexion.

Vous changez pour changer. J ai un impression que vous allez être déçu.

On envisageait déménager dans votre ville . On va attendre de voir en novembre si c est un partie qui voudra faire connaître sa ville ou juste faire du sur place

Jean Claude HEBERT
Jean Claude HEBERT
1 month ago

Bravo de mettre le citoyen au coeur de l’administration municipale et des décisions. Bravo.