Saint-Jérôme : La Clinique Santé Amitié pourrait fermer

Photo de France Poirier
Par France Poirier
Saint-Jérôme : La Clinique Santé Amitié pourrait fermer

Le directeur du Centre Sida Amitié, Hugo Bissonnet soutient que le modèle actuel de la clinique qui vient en aide aux personnes atteintes du sida et d’infections transmises par le sang et sexuellement (ITSS) n’est plus viable.

 

« Nous avions le soutien de compagnies pharmaceutiques qui délaissent de plus en plus les programmes de recherches concernant l’hépatite C entre autres. On savait que ça allait arriver un jour mais là il faut trouver un modèle qui nous permettrait de poursuivre notre mandat auprès des clientèles vulnérables », souligne monsieur Bissonnet.

En 2014, on comptait 125 cas déclarés dans la région des Laurentides, en 2018, ce nombre était de 78. Pour la même période, dans l’ensemble du Québec, on observe plutôt une augmentation de près de 20 % des infections. « Nous effectuons le travail d’un CLSC dans notre gestion des ITSS et du sida », soutient le directeur.

« Notre personnel aide environ 1000 patients par année. Une clientèle majoritairement marginalisée et vulnérable. Auparavant, on avait un fonds de roulement de 300 000 $ par année. Mais, en 2020, il n’aura accès qu’à 100 000$ environ », estime Hugo Bissonnet. « C’est sûr qu’on risque de fermer. Ça fait des années que je dis au gouvernement que les compagnies pharmaceutiques vont bientôt arrêter de nous financer. Je ne vois pas comment le réseau de la santé serait capable d’absorber nos 5000 consultations annuelles du jour au lendemain. »

Une demande au CISSS

Hugo Bissonnet, directeur général du Centre Sida Amitié, a fait une demande au Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides afin qu’on assure le financement complet pour la clinique. « De notre côté, nous continuons des projets pour aller chercher du financement. Ce que nous demandons, c’est pour assurer le roulement de la clinique. Nous voudrions aussi une infirmière praticienne spécialisée. On veut s’assurer d’un partenariat fonctionnel. On espère une discussion constructive », a-t-il ajouté. Il attend une réponse d’ici le 16 décembre.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Rancourt Auteurs de commentaires récents
  S'abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Rancourt
Guest
Rancourt

Il ne faut pas laisser tomber , c’est important ce sont des vies en jeu et la souffrance d’etres humains. Bon courage