Saint-Hippolyte en bref

Par Redaction Journal
Saint-Hippolyte en bref

Cartographie souterraine

Les élus se sont prononcés en faveur d’une opération cartographique de la profondeur de la « roche-mère », afin de déterminer les courants d’eau souterrains sur le territoire municipal.

« Ce sera fait en collaboration avec le laboratoire de biologie de l’Université de Montréal. Par exemple, au Domaine Roussel, il n’y a pas beaucoup d’eau. On veut identifier son niveau et dans quels secteurs il y en a plus. C’est toujours utile d’avoir des notes au dossier, quand un contracteur ou un propriétaire se présente à la ville pour connaître les problématiques d’eau, possibles inondations ou sécheresses, dans un secteur. Tu ne veux pas te retrouver, par exemple, à devoir installer à grand coûts un aqueduc dans un secteur plus sec, mieux vaut prévoir d’avance », a soutenu Bruno Laroche.

Dos d’ânes

Les édiles ont aussi adopté deux résolutions permettant l’installation de dos d’ânes en caoutchouc sur le chemin du lac à l’Ours-Sud, ainsi que sur le chemin du lac du Pin-Rouge.

« Nous n’avons jamais reçu autant de plaintes et de pétitions de vitesse excessive, même au village. Par cette mesure, on va au-delà de la sensibilisation. La commande est aussi passée pour l’installation de dos d’ânes au lac Bleu, près du camp des hibous. C’est rendu dangeureux de prendre une marche à toute heure de la journée. Ralentissez ! », a pointé du doigt le 1er citoyen.

Redevances utiles

Le maire Laroche a tenu à rassurer les citoyens du lac Dion, à l’effet que le pont de bois du chemin du lac Bertrand présente un état sécuritaire, pour le moment.

« Les travaux que nous avons effectués (refonte partielle du tablier en madriers) ont permis une réouverture rapide. Une chance que les redevances financières de la carrière (Sables L.G.) nous aident, car les camions lourds, tout comme les semi-remorques, endommagent les ponts. Le bitûme peut ramolir à leurs passages en temps chaud. Et quand ont refait ce genre d’ouvrage, le degré de compaction est différent, car ça doit soutenir des plus grandes charges, celle des camions. »

Acquisition d’une auto-pompe citerne

À l’assemblée régulière du 10 août dernier, le conseil municipal de Saint-Hippolyte a autorisé un emprunt de 850 000 $, pour l’aquisition d’une camion d’incendie de type auto-pompe citerne. « Nous sommes prévoyants, parce que la commande de ce genre de camion peut prendre 18 mois à recevoir. En fait, on ajoute un autre camion citerne, car l’ancien arrive en fin de vie utile. On fonctionne selon les règles du schéma de risques. Entre temps, nous avons adapté un camion de voirie publique, pour aider les pompiers. Il sert normalement à nettoyer les routes, mais peut maintenant se brancher aux lances d’incendies », a précisé le maire Laroche.

Aucune surfacturation

Par ailleurs, la municipalité a assuré qu’aucune surfacturation, impact sur le budget ou sur le compte de taxes des contribuables n’ont eu lieu, dans le dossier des vidanges des fosses septiques à Saint-Hippolyte, effectuées jusqu’en 2021 par l’entreprise Beauregard.

« Des vidanges supplémentaires, s’appliquant uniquement aux propriétaires de 1 100 fosses septiques scellées sur le territoire hippolytois, n’ont jamais été prévues aux devis préparés par la Municipalité, amenant ainsi des dépassements de coûts à chacun des contrats, afin de payer l’entreprise pour les services rendus. Ces vidanges supplémentaires ont été pleinement assumées par les propriétaires de fosses scellées. Le coeur du problème réside dans le fait que la Municipalité ait sous-estimé les vidanges de fosses septiques scellées, ces dernières requérant parfois jusqu’à trois vidanges annuelles », a souligné la Ville via un communiqué.

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments