Pétroliers du Nord : Les négociations se dirigent en période de prolongation

Par Luc Robert
Pétroliers du Nord : Les négociations se dirigent en période de prolongation
Le pragmatique maire de Prévost, Me Paul Germain, veut étudier les nouvelles propositions.

Les trois municipalités de la Régie de l’aréna RDN ont décidé de considérer une troisième proposition d’affaires des Pétroliers du Nord, remettant à l’assemblée du 19 juin un vote sur le retour de l’équipe, demandé par Mme Louise Gallant, mairesse de Sainte-Sophie.

 

Au rythme où vont les négociations, le processus rappelle les séries 5 de 9 de la LHJMQ, au milieu des années 1980. La LNAH tiendra son AGA le 6 juin, soit avant la décision de la Régie.

«Nous avons pris acte d’une 3e proposition des Pétroliers, que nous allons étudier. Trouvez des arguments qui feront en sorte que ce sera acceptable», a fortement suggéré le maire de Prévost, Me Paul Germain. «Devant la première offre, il nous était impossible de dire oui. Demander à une Régie régionale publique, de financer une équipe privée, à coups d’achats de 1500 billets (500 par ville) n’était pas acceptable», a soulevé le prudent notaire.

Les Pétroliers étaient représentés sur place par Serge Côté. Il a évoqué la présence de foules entre 1 000 et 1 300 spectateurs à chaque rencontre, en plus des retombées économiques à Saint-Jérôme, notamment au niveau de repas pris par les partisans, à divers restaurants locaux et à la cantine de l’aréna.

«Les retombées économiques ne sont pas aussi hautes que les gens le pensent», a rétorqué Mme Danielle Clément, directrice générale de l’aréna régional RDN.

Heures de glace

Quant à la possibilité d’obtenir des heures de pratiques en semaine, un grand vestiaire, ou encore des parties disputées les vendredis soirs, le maire jérômien, Stéphane Maher, a invoqué la rareté d’heures disponibles.

«Ça risque d’être encore l’utilisation de deux petits vestiaires, si les Pétroliers reviennent. En termes d’heures de glace, l’aréna RDN a atteint la limite permise par Hockey Québec, même en considérant l’aréna de Cap-Jeunesse. On manque d’heures de glace», a-t-il plaidé. «La demande du hockey mineur est telle que nous avons envisagé la construction possible d’une troisième glace. On refuse même des tournois», a renchéri pour sa part Me Germain.

La mairesse de Sainte-Sophie, Mme Louise Gallant, apprécie le calibre de jeu de la LNAH. PHOTO : Luc Robert
Douzaine de citoyens

Des amateurs de hockey ont été virulents, à la période de questions, envers la possible disparition de la formation jérômienne.
«Nous avons pris l’habitude de supporter les Pétroliers. Vous privez au moins cinq villes de la région d’un bon calibre de hockey. C’est exagéré. Vous punissez la population», a lancé M. Yves Durepos.

Ce à quoi Me Germain a rétorqué : «On ne punit personne. On n’est pas borné, mais ça coûte cher aux citoyens. Le choix n’est pas facile à faire. Si on les renouvelle, ça n’amène personne de plus à Prévost et rien à nos contribuables».

Quant à lui, le citoyen Raynald Morand a cherché à savoir pourquoi les autorités n’ont pas informé les citoyens, dès décembre 2018, que la présence des Pétroliers était liée à un «projet-pilote».

«On n’a pas couru après les Pétroliers. On a refusé la LNAH à plusieurs reprises, par le passé. Ils étaient mal pris, aux États-Unis, et on les a accommodés», a expliqué M. Maher. «Les proprios ont été avisés, et c’était clair, que nous les dépannions. Ce n’est pas à nous de le dire aux partisans : libre à eux», a insisté à son tour Mme Gallant.

M. Yves Durepos estime que les partisans sont «punis» par les autorités de la Régie.
Risque vs visibilité

Évoquant l’épisode de Jonathan Diaby, le maire Maher s’est interrogé sur la pertinence de renouveler le contrat des Pétroliers.
«Il y a un risque associé à un renouvellement de l’entente. Dans la LNAH, avec ce qu’on a vu à Sorel en séries, il peut survenir à nouveau du grabuge. Il y a la gestion du risque : quand je réponds à des appels de partout, que des messages publiés et des reportages nuisent à la réputation de notre ville, il faut y songer. Quand, jusqu’à la radio de Québec, on dit que nos citoyens sont des morons, je n’accepte pas ça».

«Nous avons de plus une réflexion à faire, à la Régie: cet aréna est un service public. Sa mission est de servir le public. Mais lequel ? Le hockey mineur et majeur, le patin libre, artistique et de vitesse, ou la population en général ? Doit-on avoir un aréna «vaisseau amiral», qui offre de la visibilité à la région RDN à la grandeur de la province, via des clubs majeurs (Panthères et Pétroliers) ?», s’est-il questionné tout haut. Le maire Germain, lui, a invité les visiteurs à écouter sa position, déjà émise en entrevue radiophonique (pro-hockey mineur).

Mme Danielle Clément, directrice-générale de l’aréna régional RDN, mène plusieurs négociations, ces jours-ci.
Répartition

À la Régie de l’aréna RDN, Saint-Jérôme domine, avec 75 % des parts de l’amphithéâtre double.

Les villes de Sainte-Sophie et de Prévost sont associées au projet à hauteur de 12,5 % chacune.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de