Pas toujours rose d’être proche aidant

Par Redaction Journal
Pas toujours rose d’être proche aidant
Madeleine Fortier a voulu partager les outils qu’elle a trouvés, créés ou adaptés, avec le plus grand nombre possible de personnes en écrivant le livre Usure de compassion : jusqu’où aller sans se brûler? (Photo : Courtoisie)

Usure de compassion

Françoise Le Guen, collaboration spéciale
Madeleine Fortier a été proche aidante pendant 13 ans. Lorsque son conjoint est décédé, elle s’est littéralement écroulée. Après avoir mis plusieurs années à s’en remettre et forte de son expérience, elle a décidé de sensibiliser les proches aidants et leur donner des outils.
« Je me suis occupée du mieux que je pouvais de mon conjoint, des enfants, de l’entreprise, mais pas de moi, c’était la dernière de mes priorités », confie-t-elle.
Quelques années plus tard, dans le cadre de son travail comme conseillère en carrière, Madeleine Fortier ressent des symptômes similaires. «J’étais devenue extrêmement agressive et irritable. Consciente que ce n’était ni une dépression ni un épuisement professionnel, je me questionnais. Les symptômes ressemblaient à ceux que j’avais vécus après mes 13 ans comme proche aidante. »
Finalement, c’est lors d’une recherche dans le cadre d’une formation en santé mentale (DESS) qu’elle découvre l’usure de compassion. « J’ai enfin pu mettre des mots sur ce que je vivais et avais vécu! »

Nommer

« C’est tellement important de pouvoir nommer ce qui nous arrive, explique-t-elle. Et à l’époque, on n’en parlait pas beaucoup. Alors j’ai décidé d’en parler afin d’aider les gens à se protéger. Certains peuvent se retrouver tellement malades qu’ils ne peuvent plus travailler! »
De plus, avec ce souci de sensibiliser et de prévenir, elle anime depuis 2014 des conférences et des formations pour les proches aidants, les intervenants et les bénévoles. On y parle des causes et des symptômes de l’usure de compassion et des moyens de se protéger, ce qui lui a permis de recueillir des informations d’une grande richesse. Elle travaille aussi avec les Appui et des organismes membres des Appui.

Sensibiliser

« L’usure de compassion va guetter de plus en plus de gens. On va en demander de plus en plus aux proches aidants, qui seront de plus en plus nombreux. La population vieillit et il n’y a pas suffisamment de ressources même s’il y a les Appui; de plus, la plupart des gens disent ne pas être conscients d’être des proches aidants. »
Mme Fortier ajoute : «Si on ne connaît pas la cause de ce que l’on vit, on ne peut pas agir correctement à ce sujet. Comme aidant, on doit apprendre à ne pas dépasser ses limites, à changer sa façon d’aider. On parle d’aidants qui meurent avant les personnes aidées. Je souhaite que les gens prennent en main leur santé, prennent soin d’eux. Ce sont des outils que j’aurais aimé avoir! »
Son livre Usure de compassion : Jusqu’où aller sans se brûler? contient des réflexions, des exemples, des outils, les résultats des travaux d’équipe lors de formations ainsi que 19 témoignages de proches aidants, bénévoles en soins palliatifs et intervenants.

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments