| Par journal-le-nord

Merci Madame

D’abord le contexte, suivez-moi. Une résidence pour personnes âgées. Il fait froid, c’est humide. Il est presque 17 heures. Je me trouve dans l’entrée de la résidence. Le sol est gelé, c’est glacé, on n’y voit pas grand chose. Une voiture luxueuse vient s’immobiliser non loin de la porte. Une dame d’un âge avancé débarque lentement et avance péniblement à petits pas incertains. La conductrice la regarde aller tout en demeurant bien au chaud dans son auto. Je m’avance pour lui ouvrir la porte lorsque ce qui semble être sa fille ou une proche de la famille (elle la tutoie…), descend sa vitre d’auto et lui crie : ça ne te tente pas d’apporter ton sac d’épicerie? L’octogénaire se retourne en souriant, revient avec autant de difficulté à se déplacer, ouvre la portière, reprend son sac et la remercie. L’auto démarre aussitôt sans attendre que la dame arrive vivante à bon port.

 

Je suis allée à sa rencontre. Comme si elle avait deviné mes pensées, elle m’a dit avec douceur : merci madame, tout va bien. J’étais triste comme un lendemain de veille. Ça m’a foutu les blues. Sommes-nous à ce point devenus des huissiers sans âme? Ou des robots format Costco? Le plat de la vieillesse est déjà assez lourd sur l’estomac sans ajouter dans la recette une pincée de sarcasme, une cuillerée d’indifférence et de fromâgisme pour gratiner.

L’autre jour, une dame me téléphone pour écrire sa biographie. Sa voix la trahit, d’après moi elle ne dépasse pas la trentaine. Je lui réponds qu’elle est un peu jeune pour ça. Pourtant, rétorque-t-elle, j’ai 83 ans bien sonnés. Bouche bée… Je propose une date pour nous rencontrer. Je travaille encore 40 heures par semaine, je n’ai que mes fins de semaine libres. Ben là… J’ose lui demander dans quel secteur. Opératrice de machine, m’avoue-telle. Voyez? 83 ans! Et pas question d’arrêter même si ses enfants la harcèlent de le faire.

Luella Tyra avait 92 ans en 1984 quand elle prit part à une compétition internationale dans cinq catégories en Californie. Loyd Lambert à 87 ans était un skieur émérite et s’occupait d’un club de ski pour le 70 et plus. Ce club comptait 3286 membres dont un allait allègrement vers ses 97 ans. À 80 ans, Maggie Kuhn était l’ardente défenseuse, la porte-parole des Seniors Panthères Grises. Il y en a comme ça qui refusent de vieillir et qui s’accrochent furieusement à la vie. D’ailleurs, dans le mot vieillir il y a ces trois premières lettres : vie…

Personnellement je fréquente deux personnes âgées dont l’une est atteinte d’Alzheimer et qui habitent désormais une unité prothétique. Je peux arriver à toute heure du jour, les préposées s’en occupent avec amour et grande patience.

J’ai justement demandé à l’une d’elles quel était le montant d’argent gagné à l’heure. Pathétique. Ces préposés (es) mériteraient le double du salaire qu’ils gagnent. Ma foi, ils sont des héros quotidiens. Je le réalise chaque fois que je visite ma belle Eva (nom fictif).

Les gens âgés ont besoin de bien peu de chose, mais de ce peu-là, ils en ont terriblement besoin. L’une des résidences où je me rends régulièrement s’occupe de 132 personnes. Un jour, quelqu’un de la place m’a avoué que plus d’une dizaine de résidents ne recevaient jamais de visite. On les avait déposés là avec leur petite valise. Ça me rappelle cette phrase déjà citée : un jour, mon grand-père s’est penché vers son passé, il est tombé dans l’oubli…

La ministre Marguerite Blais vient d’annoncer un méga projet pour humaniser les lieux où vivent les gens âgés. Une bouffée d’air frais. La CAQ a compris qu’il fallait bien que vieillesse se passe.

Merci madame Blais.

mimilego@cgocable.ca

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.