Michel Rabagliati rencontre ses fans

Le bédéiste Michel Rabagliati, auteur de la série des « Paul », a rencontré une quarantaine de ses admirateurs, la semaine dernière au Vieux-Palais. C’est à cœur et à livre ouvert que l’auteur a expliqué sa démarche artistique. Conclusion: Rabagliati et Paul forment presque une seule et même personne!

Il est arrivé en scooter au Vieux-Palais avec son «carrousel» de diapositives. Michel Rabagliati a beau avoir été un des premiers usagers de l’informatique dans les années 1980 pour exercer son premier métier d’illustrateur, l’homme aime encore mieux ne pas illustrer ses conférences avec un diaporama «Powerpoint»!

C’est donc équipé de sa petite télécommande, pour changer les diapositives, qu’il est arrivé sur scène pour une présentation très ludique. Une certaine complicité s’est rapidement installée avec des spectateurs conquis d’avance : « En plus, j’aurai un petit macaron pour vous à la fin », a lancé Michel Rabagliati en entrée de jeu, ce qui a fait crouler de rires les spectateurs.

Un rêve de jeunesse

Michel Rabagliati a toujours voulu faire, dans sa jeunesse, de la bande dessinée. Mais il a gagné sa vie comme illustrateur pour des journaux, des magazines ou des compagnies au Canada et aux États-Unis.

En 1998, il est revenu un peu par hasard à la bande dessinée, en s’inspirant de sa vie personnelle pour créer Paul, son personnage.

Un nouveau courant de la BD naissait, soit la bande dessinée pour adulte. Dans le cas de Paul, c’est aussi une oeuvre autobiographique qui est apparue.

Depuis, Paul à la campagne, Paul dans le métro, Paul à la pêche ou Paul à Québec, sorti l’été dernier, ses livres sont devenus des best-sellers du milieu de la BD. Ils sont traduits et édités dans plusieurs langues, un peu comme l’étaient les albums de son idole, Hergé (auteur de Tintin). À la fin, l’auteur à succès a pris le temps de dédicacer les livres apportés par ses fans. Donner un macaron, c’est parfaitement le style de son personnage, Paul, ce qui n’est pas sans exposer une nostalgie des années 1980.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de