Marc Hervieux : Le regard branché sur l’horizon!

Photo de Martine Laval
Par Martine Laval
Marc Hervieux : Le regard branché sur l’horizon!

Marc Hervieux est citoyen des Laurentides depuis dix ans. Alors qu’il soufflera 50 bougies au mois de juin, notre ténor national garde le regard branché sur l’horizon pour encore accomplir projets et rêves. Rencontre avec celui qui a ajouté la dimension pop à sa voix de ténor classique.

 

On pourra entendre Marc Hervieux en version classique avec la Sinfonia de Lanaudière le 11 mai au Manoir Saint-Sauveur, puis en version pop, accompagné de huit musiciens pour son spectacle Nos chansons, au Théâtre Gilles-Vigneault de Saint-Jérôme, le 8 juin.

Pourquoi avoir choisi de passer de l’opéra à la chanson populaire ?

Comme on ne peut malheureusement prétendre à faire carrière uniquement au Québec, il faut donc se promener partout sur la planète pour chanter de l’opéra. C’est ainsi. La carrière vient donc avec de multiples déplacements sur de longs termes, considérant un minimum de trois semaines de répétitions sur place (en Europe, c’est davantage) et deux semaines de représentations ou plus selon la demande. Disons qu’après l’avoir fait pendant de nombreuses années, je n’avais plus envie de ça dans ma vie, ni d’être éloigné si longtemps de ma famille.

Chanter de la chanson populaire demande également des déplacements, mais ceux-ci sont plus courts et se font mieux. Je suis actuellement en route vers Québec où je chante ce soir, et demain je serai à Gatineau, mais pour moi ce sont de petits déplacements, même si parfois ce sont plusieurs heures de voiture ou d’avion.

Vous ne participez donc plus du tout à des opéras ?

Je prendrai part à l’opéra « Nelligan » au TNM la saison prochaine ainsi qu’à un autre en 2021, mais depuis 2012, par choix, je ne chante plus vraiment de l’opéra dans sa forme classique. Il faut dire aussi qu’à une certaine époque, j’avais de l’intérêt pour plein d’autres choses comme la musique pop, la musique classique, les disques pop et classiques, l’animation télé, l’animation radio… Donc forcément, avec 24 heures dans une journée, on ne peut pas tout faire! J’ai toutefois la satisfaction d’avoir réalisé ma carrière à l’opéra, même si j’avoue m’ennuyer de jouer des personnages. Mais comme je le ferai de nouveau dès janvier prochain au TNM, je suis comblé.

Pourquoi avoir choisi les Laurentides comme lieu de vie ?

On avait envie d’un milieu sain au niveau environnemental, mais aussi d’une communication saine et agréable avec nos concitoyens. Aussi bien au petit café, qu’à la quincaillerie, qu’à l’épicerie. On voulait ce contact chaleureux et cette proximité avec les gens, cet esprit de village et de vie à la campagne. Ce sont les gens d’abord et avant tout qui ont fait qu’on demeure ici… et ça fera 10 ans le 10 mai que nous sommes citoyens des Laurentides.

Qu’aimeriez-vous encore accomplir ou réaliser ?

Chaque année, je réussis à accomplir plein de rêves et j’en suis très privilégié. Mais il y a une chose toutefois que je souhaite réaliser comme il faut, c’est mon bonheur et ma famille. C’est peut-être cliché mais c’est la réalité.

Après, il reste des rêves comme jouer au TNM, mais à 50 ans je vais le réaliser en jouant dans l’opéra « Nelligan ». Lorsque j’étais adolescent et que je rêvais de devenir acteur ou chanteur, j’aspirais à jouer un jour sur la scène du plus grand théâtre institutionnel du Québec. Et puis j’ai collaboré avec plein d’artistes, mais j’aimerais chanter avec Céline. J’ai chanté sur les plus belles scènes du monde, mais j’aimerais chanter à l’Olympia de Paris. Je vais continuer de tenter de provoquer les choses le plus possible, mais je manque parfois d’heures dans une journée!

Quels sont vos coups de cœur dans les Laurentides?

Le corridor aérobique et les sentiers de la rivière Doncaster à Sainte-Adèle, où j’aime aller marcher.

Le Café White à Saint-Sauveur que j’adore parce qu’on est bien, relax, les produits sont bons et les propriétaires sont gentils.

Le restaurant Lezvos à Saint-Sauveur parce qu’on aime beaucoup la cuisine méditerranéenne, les poissons grillés et que Stefano, le serveur, est si aimable… Ça compte ça aussi!

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de