Louise Gallant, une femme qui sait se tenir debout !

Photo de Journal Le Nord
Par Journal Le Nord
Louise Gallant, une femme qui sait se tenir debout !
Louise Gallant (Photo : Courtoisie)

Mairesse de Sainte-Sophie

 
Françoise Le Guen – La mairesse de Sainte-Sophie, Louise Gallant, élue en 2013, est la première mairesse de la municipalité et la seule de la MRC Rivière-du-Nord.
Ex-directrice de la Montagne d’Espoir où elle a travaillé durant 14 ans, Louise Gallant est une femme reconnue pour être très proche de ses citoyens et d’une grande ouverture d’esprit.

Quel a été votre parcours ?

Je suis native de Rimouski et j’ai été adopté, mon père adoptif travaillait sur la Côte-Nord à Forestville. Ensuite nous avons déménagé au Labrador. Je suis partie à l’âge de 19 ans en Ontario, à Ottawa et Toronto, et je suis revenue au Québec en 1976. Je suis arrivée à Sainte-Sophie en 1981. J’avais rencontré l’homme avec lequel je me suis mariée. Il était de Saint-Jérôme et avait de la famille à Sainte-Sophie.

Avez-vous vécu des choses particulières qui vous ont amené vers le service aux autres ?

Oui ! À Toronto, j’ai vécu quelque temps une situation d’itinérance avec mon enfant. Ça a été très dur, mais je m’en suis sortie, je suis revenue au Québec et j’ai repris ma vie et celle de mon enfant en main.
Et, plus tard, à Sainte-Sophie, suite à une vengeance politique, il y avait un contexte politique très difficile dans les débuts des années 90, mon mari, qui était directeur des loisirs, a été mis à la porte. On n’avait aucun revenu et on a connu une période très difficile. On se posait des questions sur ce qu’on allait manger ou si on allait manger le lendemain.
C’est à ce moment-là que je me suis dit « c’est terminé, ça ne nous arrivera plus, ni à personne autour de moi si je peux l’empêcher ». Je travaillais avec la Fédération des organismes communautaires (FOC) de Sainte-Sophie qui avait commencé l’aide alimentaire. Après on a fondé la Montagne d’Espoir le 9 juin 1999. Je faisais partie du conseil d’administration fondateur.

Qu’est-ce qu’une femme apporte en politique ?

J’apporte une autre vision, une vision féminine. Les politiciens sont à l’écoute, mais on voit plus l’homme d’affaires, car souvent ils ont des vécus au niveau de l’entreprise.
Moi j’apporte le côté communication avec le citoyen. Je suis capable d’écouter la personne, comprendre sa situation. Le contexte humain est peut-être un peu moins là avec un homme.
Le côté de la femme plus doux, plus à l’écoute des citoyens apporte un plus en politique. Et amène une modération et un plus grand respect. Les hommes sont obligés de faire attention à la façon dont ils parlent et agissent avec les femmes.
Un respect s’est installé. Ils ont appris à écouter et entendre !

Quelle est votre force ?

C’est ma générosité. Je donne beaucoup parce que j’ai reçu beaucoup. Je n’ai pas peur de donner.

Pas de troisième mandat ?

Non je ne reviens pas ! Quand je vais terminer, en 2021, je vais avoir 67 ans. Je vais m’occuper de moi et de ma famille.

Qu’avez-vous appris en tant que mairesse ?

J’ai appris à être patiente, à respecter encore plus l’opinion des gens, à être à l’écoute de mes citoyens et à les comprendre. Je me mets dans leur peau. Si les gens viennent se plaindre, c’est qu’ils sont touchés par un problème et ils veulent se faire entendre. Si je peux, je vais tout faire pour les aider.

Qu’avez-vous accompli ?

Les deux choses dont je suis le plus fière sont ma bataille avec le MTQ pour le pont de la 4e rue, je suis très fière de m’être tenue debout pour avoir notre pont et de m’être aussi tenue debout pour garder notre église.

Qu’allez-vous faire après ?

Des gens m’ont déjà approché pour faire partie d’organisations, d’organismes communautaires ou régionaux. Je suis technicienne comptable, j’ai été inspecteur en bâtiment pendant huit ans. Je peux encore apporter à des gens. C’est sûr que je ne resterai pas assise à la maison à tricoter ! Je vais m’impliquer, mais où, je ne sais pas encore. Et terminer mon autobiographie !

Prévention du suicide

Fière que Sainte-Sophie soit la première municipalité des Laurentides à avoir des répondants qui agissent en sentinelles pour la prévention du suicide, la mairesse, Louise Gallant, était la leader du comité philanthropique, ambassadrice du gala-bénéfice 2019 et porte-parole de la semaine de prévention du suicide du Centre prévention suicide Faubourg.
Ayant subi la perte de proches par suicide et elle-même ayant vécu des moments difficiles, cette cause lui tient à cœur.

Ses coups de cœur

Je passe beaucoup de temps à l’Aréna Rivière-du-Nord. J’aime beaucoup le hockey et j’ai une petite fille qui fait du patinage artistique. C’est un grand coup de cœur ! Pour les restaurants j’adore aller à la Villa d’Este.
Il y a aussi Le Soleo et le Maserio que j’aime. Ce sont les trois que je fréquente. En dehors du Québec, j’adore Las Vegas ! Et je vais souvent à Cuba et à San Andres en Colombie, une île de toute beauté. Et je fais beaucoup d’artisanat et de la peinture à l’huile !

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de