Les théâtres veulent renaître

Par Marie-Catherine Goudreau
Les théâtres veulent renaître
Le Théâtre du Marais est situé à Val-Morin. Photo prise avant la pandémie. (Photo : André Chevrier)

Les théâtres de la région attendent patiemment l’annonce d’une date de réouverture. Depuis le début de la pandémie, c’est un des secteurs les plus touchés par la crise.

Selon Sonia Piché, directrice générale et artistique du Théâtre du Marais à Val-Morin, il n’aurait pas été possible de présenter un spectacle dans un délai de 10 jours d’avis. « La logistique derrière une salle de spectacle est très différente que celle des cinémas (qui ont pu ouvrir). Il faut mettre en vente des billets, rappeler et embaucher nos équipes de techniciens, changer les heures de spectacle en raison du couvre-feu, etc. » Il est important d’avoir de la prévisibilité dans les mesures, selon elle.

La situation est toute autre pour le Théâtre Le Patriote à Sainte-Agathe-des-Monts. La salle est en rénovation depuis octobre 2019 et les travaux tombent dans une période où le théâtre aurait été fermé de toute façon. « En raison de la COVID-19, les chantiers ont été ralentis et notre ouverture a été repoussée. Mais le temps fait bien les choses et nous pourrons ouvrir en même temps que tout le monde », se réjouit Alexandre Gélinas, directeur général du théâtre.

Ouvrir pour la culture

Les petits théâtres ont un statut particulier qui rend leur situation plus difficile. Dans le cas du Théâtre du Marais, il est seulement possible d’accueillir 25% de la capacité de la salle, ce qui représente 40 personnes dans une salle de 176 places. « Si on rouvre, nous allons avoir besoin d’aide financière », affirme Mme Piché. Un programme d’aide à la billetterie est par ailleurs disponible pour compenser les écarts entre le nombre de places vendues et la capacité.

Le Théâtre Le Patriote est en rénovation depuis le mois d’octobre 2019. Photo : Courtoisie

Au Théâtre Le Patriote, la nouvelle salle aura 586 places, mais seulement 150 pourront être occupées pour respecter la distanciation. « C’est certain qu’on ne fera pas beaucoup d’argent, mais il faut penser au-delà de ça. On le fait pour rallumer une petite bougie, faire vivre nos artistes et nos équipes, donner du bonheur aux spectateurs. Le fait de redémarrer la machine, d’être présent et vivant, va compter pour beaucoup. »

Perte d’une expertise

« Ce qui m’inquiète le plus, ce sont les techniciens de scène. Comme ils sont des travailleurs autonomes ou pigistes, ils ont un statut très fragile », se préoccupe Mme Piché. Alors que certains ont changé de profession, d’autres ont eu de la difficulté à aller chercher de l’aide financière. De son côté, M. Gélinas observe le même problème : « Pour nos équipes techniques, ne pas travailler pendant un an a eu un effet dévastateur. Plusieurs se sont trouvé autre chose. Je pense qu’à l’échelle du Québec, on va perdre une expertise. »

« On a hâte »

Selon la directrice artistique du Théâtre du Marais, la salle serait prête à recevoir le public, mais à condition que l’ouverture laisse le temps à la salle de se préparer. « On est prêt, on l’a fait avant Noël. Notre salle est très sécuritaire, des mesures sont mises en place et nous sommes organisés. »

« On a très hâte de retrouver le public et notre équipe. Je crois que les gens seront là et qu’ils ont besoin de culture en ce moment », soutient pour sa part M. Gélinas. Le théâtre en est à ses dernières étapes de rénovation : aménagement du mobilier de la salle, équipement de la scène, loges, accueil, etc. Mais les projets ne sont pas terminés pour le Patriote et ce sera certainement à surveiller ce printemps.   

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments