Les paniers bio : Une formule qui gagne en popularité

Par Marie-Catherine Goudreau
Les paniers bio : Une formule qui gagne en popularité
(Photo : Archives)

L’arrivée du printemps, c’est aussi synonyme de l’arrivée de la saison des fruits et légumes ! Alors que les inscriptions ont à peine commencé, les paniers bio sont encore très populaires cette année, autant au Québec que dans les Laurentides.

La pandémie a créé un engouement pour les aliments biologiques et locaux. On a surtout observé ce phénomène l’année dernière. Mais en ce début de printemps, les demandes sont toujours aussi présentes, une bonne nouvelle pour les petites fermes.

La demande est toujours là

« L’année dernière, on a eu une augmentation de 42 %. On est passé de 19 000 à 28 000 abonnements aux paniers bio. En 2021, l’engouement n’est pas disparu et l’augmentation qu’on a eue est toujours là. La différence, c’est la vitesse à laquelle les gens se réabonnent. Il y a déjà des fermes qui n’ont plus de places », souligne Marie-Hélène Pâquet, coordonnatrice du Réseau des fermiers de famille. C’est environ 60 %  des fermes qui étaient déjà complètes dans leurs abonnements pour l’année au moment de l’entrevue.

À la Ferme aux petits oignons à Mont-Tremblant, leur nombre d’abonnements est passé de 650 à 900 l’année dernière.

« Comme on ne savait pas si les marchés allaient rouvrir, beaucoup voulaient être certains d’avoir leur panier », explique Véronique Bouchard, copropriétaire de la ferme. Les paniers bio représentent 68 % de leur mise en marché. Actuellement, il reste quelques places à Saint-Sauveur, mais pour la saison qui commence au début du mois de juin, les places sont complètes. 706 abonnements sont vendus à ce jour.

Les bienfaits

Comme les gens se sont inscrits plus rapidement, cela signifie que la rentrée d’argent se fait plus tôt. Lorsque la saison commence et que la production est vendue à l’avance, c’est très positif pour les agriculteurs. « C’est important que les gens payent à l’avance. Ça permet d’éviter les frais de crédit et c’est un levier économique incroyable. » S’ils ne savent pas si les gens vont s’abonner, ils doivent mettre de l’énergie et du temps dans la promotion pour vendre leurs paniers. « Quand c’est vendu à l’avance, ça nous permet d’avoir une vie ‘’normale’’ à l’hiver. Parce qu’on s’entend qu’à l’été, c’est comme un rouleau compresseur ! »

Selon Mme Pâquet, le fait que les abonnements soient déjà vendus enlève une insécurité chez les agriculteurs. « Ça leur permet d’acheter du matériel, de trouver leur main-d’œuvre et ça évite aussi le gaspillage », explique-t-elle. Comme les parts de récoltes sont déjà réservées, la planification est plus facile.

Plusieurs ont découvert la formule des paniers bio avec la pandémie. « Ça permet aux gens d’avoir accès à des légumes très frais et biologiques. Les gens investissent à la fois dans leur santé et dans des entreprises québécoises », explique Mme Pâquet. La copropriétaire de la Ferme aux petits oignons croit que cette formule est autant gagnante pour les producteurs, qui sont assurés de vendre leurs aliments, que pour les clients, qui payent moins cher et auront la fraicheur des aliments en bonus

Dans les Laurentides, plusieurs fermes offrent des abonnements à leur panier bio et se rendent à différents points de chute dans la région.

  • La Ferme Complètement Légume (Mirabel)
  • La Ferme des Bons-bons Légumes Bio (Mirabel)
  • Ferme Belle Roche (Brownsburg-Chatham)
  • Ferme La Roquette (Brownsburg-Chatham)
  • Ferme aux petits oignons (Mont-Tremblant)
  • Ferme de la Colline (Labelle)
  • La Récolte de la Rouge (Brébeuf)

Pour trouver un fermier de famille à proximité, consultez leur site web.

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments