Les fantômes de Mont-Laurier s’illuminent

Par Simon Cordeau
Les fantômes de Mont-Laurier s’illuminent
Les visiteurs sont munis d’une lampe de poche pour illuminer les oeuvres et faire apparaître les fantômes.

Après trois ans de travail, le nouveau Centre d’exposition de Mont-Laurier vient d’être inauguré, dans un bâtiment rempli de fantômes et d’histoire. Discussion avec l’artiste Richard Purdy.

Richard Purdy a réalisé l’œuvre d’art public et l’exposition inaugurale du nouveau centre d’art. Photo : Centre d’exposition de Mont-Laurier

L’Abbaye des Moniales bénédictines a été construit en 1952, au cœur de Mont-Laurier. Ces religieuses vivaient complètement isolées de la société et partageaient leur temps entre la prière, le travail et le sommeil. En 2011, âgées et sans relève, elles ont dû quitter leur abbaye. La Ville a acheté le bâtiment pour y installer son Hôtel de Ville et les bureaux de l’accueil touristique, et depuis juin dernier, le Centre d’exposition occupe le chœur et la chapelle.

L’artiste Richard Purdy a réalisé l’œuvre d’art publique. « Lorsque j’ai vu le lieu et son histoire… Nous avons vécu une année de confinement, mais les Moniales, c’était pour la vie! Elles ne voyaient pas leur famille, elles étaient complètement cloîtrées. […] Je ressens toujours de l’humilité dans un lieu comme ça. Je ne peux pas imaginer la vie de ces femmes, sans aucun contact. »

Les fantômes

Dans son œuvre publique, l’artiste a décidé de rendre hommage à ces religieuses. À l’extérieur, près d’arbres centenaires, il a installé trois bancs, positionnés selon le lever du soleil. « Les percées forment des sœurs de lumière projetées le long du gazon. » Les bancs servent aussi de cadran solaire et marquent les solstices et les équinoxes.

Pour l’exposition inaugurale du nouveau Centre d’exposition, M. Purdy explore les mêmes thématiques. « J’appelle ça des fantômes. » Des découpages de papier et des lumières projettent des images dans la salle. De plus, on donne aux visiteurs une lampe de poche pour illuminer les œuvres.

« Quand il y a 10 personnes, il y a des fantômes partout : sur les murs, le plancher, le plafond. Lorsqu’on se rapproche, ils deviennent plus grands mais plus flous, et lorsqu’on s’éloigne, ils deviennent plus petits mais plus précis. Les gens peuvent s’amuser des heures! C’est très interactif, et les enfants embarquent. »

Remonter l’Histoire

M. Purdy a aussi décidé de remonter le fil de l’Histoire. Des projections sur des pierres bougent délicatement pour représenter la planète d’eau, l’apparition de la vie et les premières traces de l’Humain. Quatre portails évoquent les grandes religions. « C’est vraiment un voyage à travers 4,5 milliards d’années, avec une lampe de poche. Vous êtes un explorateur. Je voulais faire une exposition à la Indiana Jones, et il semble que ça fonctionne très bien », se réjouit l’artiste.

Le nouveau centre d’art a d’ailleurs eu un accueil chaleureux. Le vernissage a reçu 207 visiteurs sur 4 jours : un défi intense, selon l’artiste, mais aussi un moment inestimable. « J’ai 40 ans de carrière et 16 œuvres d’art public. C’est de loin le projet le plus merveilleux pour moi, et le plus l’fun. On a eu le temps de vraiment développer le projet. Le résultat est une sorte de magie qui touche beaucoup les gens. »

L’exposition « Les Fantômes » est présentée au Centre d’exposition de Mont-Laurier jusqu’au 9 octobre, du mercredi au samedi, de 12 h à 17 h.

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments