Le vapotage en hausse chez les jeunes

Photo de France Poirier
Par France Poirier
Le vapotage en hausse chez les jeunes

La direction de Santé publique du CISSS des Laurentides nous indique que des statistiques démontrent que le vapotage était en hausse chez les jeunes.

 

Au Québec en 2016-17, 10,9% des élèves du secondaire ont utilisé la cigarette électronique au cours des 30 jours précédents le sondage.

Cette proportion augmente graduellement depuis 2012-13 (6%) et 2014-15 (8%). La proportion est plus élevée chez les garçons et les élèves de secondaire 4 et 5.

En ce qui concerne la région des Laurentides, Dr Éric Boyer de la Direction de santé publique indique les seules données disponibles pour la région proviennent de l’enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2016-2017.

Ainsi, selon cette enquête :

  • 32,2 % des élèves du secondaire de la région des Laurentides ont déjà utilisé une cigarette électronique (à vie).
  • 10,7 % des élèves du secondaire ont utilisé la cigarette électronique dans les 30 derniers jours. Cette proportion est comparable à celle du Québec (10,9 %).
  • L’utilisation augmente avec le niveau scolaire (de 10,8 % en 1ère secondaire à 48 % en 5ème secondaire).
  • L’usage de la cigarette électronique est plus répandu parmi les élèves ayant d’autres comportements à risque.
  • 80 % des élèves ayant consommé de la drogue dans les 12 derniers mois ont déjà utilisé une cigarette électronique.
  • 59 % des élèves ayant eu une consommation d’alcool excessive dans les 12 derniers mois ont déjà utilisé une cigarette électronique.

La direction de la Santé publique rappelle que l’exposition à la nicotine avant l’âge de 25 ans serait dommageable pour le développement du cerveau des adolescents (mémoire et apprentissage). La dépendance à la nicotine se développe rapidement. Certaines études suggèrent que l’usage de la cigarette électronique chez des non-fumeurs serait un facteur de risque de fumer une cigarette de tabac un ou deux ans plus tard et vient ainsi s’ajouter aux autres facteurs de risque déjà connus (parents et amis qui fument, faible estime de soi, etc.). Par ailleurs, même si on ne connaît pas les effets à long terme sur la santé, il y a un consensus que la cigarette électronique serait moins dommageable que les produits du tabac.

D’autres points pertinents

De nouveaux produits inquiétants (ex. JUUL) apparaissent sur le marché. Il s’agit de dispositifs qui ressemblent à une clé USB. Il semble que le procédé d’extraction de la nicotine est différent des autres types de cigarettes électroniques et serait beaucoup plus concentré (1 recharge = 1 paquet de cigarettes).

Aux États-Unis, le commissaire à la santé de la Food and Drug administration parle d’une épidémie chez lesjeunes parce que la proportion d’utilisateurs chez les élèves du secondaire américains aurait augmenté de 75% en un an.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de