Le propriétaire du Marché 5 Saveurs se veut rassurant : « Je n’ai aucun comptoir qui est vide »

Photo de Journal Le Nord
Par Journal Le Nord
Le propriétaire du Marché 5 Saveurs se veut rassurant : «  Je n’ai aucun comptoir qui est vide »

Ève Ménard – Le Marché 5 saveurs est dorénavant ouvert de 8 h 30 à 19 h, tous les jours. Le propriétaire, Patrick Fortin, assure que pour le moment, tout se passe bien au niveau de la marchandise. Il annonce aussi une augmentation de salaire de 2 $ de l’heure pour tous les employés.

« Tout ce qui est des services comptoir, charcuterie, boucherie, prêt-à-manger, boulangerie, pâtisserie, il n’y a plus de service comptoir après 18 h pour permettre à nos équipes de faire un nettoyage encore plus à fond des départements de production. Au niveau des caisses, chaque panier, après chaque transaction, est aseptisé et chaque machine Interac est aseptisée aussi », m’explique-t-il au sujet des mesures mises en place.

« On continue de faire notre possible. C’est certain qu’on va évoluer avec les nouvelles règles qui vont être imposées », soutient Patrick Fortin. Ce dernier s’est aussi adapté au niveau de ses employés et de sa production. Ainsi, il a réduit le nombre d’heures au prêt-à-manger, par exemple, pour donner plus d’espace à son équipe. « C’est certain qu’il y a des aliments qui commencent à moins sortir. Nous, on est un gros vendeur de pizza aux tomates à l’italienne. Mais présentement, ça diminue. Les clients ne se lancent pas la-dessus, ils vont plus se lancer vers des aliments qu’ils vont préparer eux-mêmes. Les fruits et légumes, ça sort beaucoup. La viande qu’ils on à cuire eux-mêmes, ça sort beaucoup aussi ». Le propriétaire souligne donc qu’ils font une production quotidienne au fur et à mesure de l’évolution de la demande.

Retour à la normale, ou presque

Au niveau de l’approvisionnement, Patrick Fortin affirme que la folie s’est estompée. « Ça retombe à la normale. On voit un peu moins de monde en magasin, mais la valeur du panier est toujours plus élevée », ajoute-t-il. Ainsi, lorsque les clients viennent sur place, ils achètent davantage d’items que d’habitude. Pour ce qui est de la marchandise, tout va très bien, rassure le propriétaire. « Je n’ai aucun comptoir qui est vide ».

Par contre, les prix de certains produits, tels que le bœuf, ont augmenté de 40 %. Certains légumes comme le brocoli et les carottes ont aussi subi des augmentations considérables. « Sachez que nous travaillons très fort pour maintenir les prix le plus bas possible. Chez certains de nos fournisseurs, les stocks ont commencé à diminuer. Ceux-ci travaillent également très fort pour se réapprovisionner », a publié Patrick Fortin sur Facebook, le samedi 21 mars dernier.

Augmentation de salaire

En raison de la crise, le Marché 5 Saveurs et la Boucherie Campbell ont pris la décision de donner une prime de 2 $ de l’heure à tous les employés et ce de façon indéterminée. « On a pris la décision d’hausser le salaire de tous nos employés parce qu’ils sont au front et ce n’est pas un travail qui est facile à faire. On a beau mettre des mesures, ils sont à risque. », a affirmé Patrick Fortin. « Quand on augmente tous nos employés comme ça, on n’augmente pas les prix en magasin pour autant. S’il y a des augmentations de prix, c’est bel et bien en raison de la réalité du marché », assure-t-il.

« Ce n’est pas facile présentement, mais je pense qu’on tire bien notre épingle du jeu. Il y a des solutions. On remercie notre clientèle et on remercie surtout nos employés », conclut le propriétaire.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de