Le Grand rendez-vous de l’UQO 2019 : Line Chaloux reçoit la Médaille Gérard-Lesage

Photo de Journal Le Nord
Par Journal Le Nord
Le Grand rendez-vous de l’UQO 2019 : Line Chaloux reçoit la Médaille Gérard-Lesage
Line Chaloux, la fondatrice et directrice générale du COFFRET.

Françoise Le Guen – C’est devant près de 200 personnes réunies dans la grande salle du pavillon Alexandre-Taché du campus Gatineau que l’UQO honorait Line Chaloux, la fondatrice et directrice générale du COFFRET, en lui remettant, le 2 mai, la Médaille Gérard-Lesage.

 

« Ça a été tout un honneur de recevoir ce prix. Je trouve aussi que c’est un hommage qui démontre le partenariat que l’UQO a avec le milieu. Son apport dans le développement communautaire ici est remarquable. Les stagiaires et les enseignants de l’Université s’impliquent énormément au COFFRET sur toutes sortes de comités », souligne Line Chaloux.

Selon elle, il s’agit également d’une grande reconnaissance des organismes du milieu dans le développement social. « C’est toujours intéressant de voir qu’on se démarque et qu’on peut être un plus pour notre communauté ».

La Médaille Gérard-Lesage est une distinction institutionnelle attribuée à des personnes de la collectivité qui collaborent hautement au développement et au rayonnement du milieu régional, ainsi qu’aux valeurs institutionnelles de l’Université du Québec en Outaouais (UQO).

Besoin de solidarité

Dans son allocation, Line Chaloux mettait de l’avant le besoin de solidarité, « que ce soit dans un contexte comme on vit en ce moment au Québec où l’environnement en prend un coup, que ce soit aussi au niveau démographique, avec des mouvements de population inattendus, ou que ce soit au niveau économique, quand on voit dans nos régions les entreprises qui ont besoin de main-d’œuvre, il faut qu’on s’implique pour répondre à tous ces besoins-là ».

Line Chaloux, la fondatrice et directrice générale du COFFRET, a reçu la Médaille Gérard-Lesage lors du récent Grand rendez-vous de l’UQO, édition 2019.

Line Chaloux mentionne également que répondre au besoin d’accueillir les immigrants est un investissement qui demande une générosité de la population qui accueille ainsi qu’une organisation pour la soutenir ainsi que les bénévoles. « Dans la région des Laurentides, grâce à l’UQO, on a pu développer de la complicité, mais surtout une façon de réfléchir à nos pratiques et nos façons de faire pour être de meilleurs intervenants. On travaille en partenariat dans différents domaines, par exemple dans les chocs posttraumatiques, on est en train de mettre sur pieds une équipe pour intervenir avec les personnes qui arrivent des zones de guerre, dont les enfants ».

Pour Line Chaloux, la défense des droits humains, l’aide à l’intégration sociale et à l’amélioration de la qualité de vie des personnes en difficulté sont un mode de vie et un legs de son arrière-grand-mère, activement impliquée dans sa communauté, ainsi que de ses parents. « Ma motivation est génétique ! »

Courte biographie

Line Chaloux consacre ses efforts à la défense de droits de la personne, à l’aide à l’intégration sociale et à l’amélioration de la qualité de vie des personnes en difficulté. En collaboration avec l’ONU, elle a mis en place le COFFRET, un organisme d’aide aux nouveaux arrivants et de développement de la régionalisation de l’immigration dans les Laurentides. Elle a créé les Serres de Clara et la Fondation Clara Bourgeois, et a également occupé les fonctions de gestion du Centre communautaire Méridien 74 regroupant une trentaine d’organismes communautaires.

Line Chaloux a enseigné pendant plus de 23 ans au Cégep de Saint-Jérôme. Elle est régulièrement invitée à titre de conférencière et fut superviseure de stage pour de nombreux établissements d’enseignement, dont l’UQO.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de