LBMQ : Une « recrue » jérômienne de 54 ans

Par Luc Robert
LBMQ : Une « recrue » jérômienne de 54 ans
Le Jérômien Ronald Lécuyer. (Photo : Gracieuseté)

Devant composer avec l’absence de plusieurs joueurs réguliers, pendant les vacances de juillet, le Cactus de Victoriaville a fait appel à une recrue d’âge mur pour occuper le poste de deuxième but.

 

Formant possiblement le côté droit de l’avant-champ le plus âgé de l’histoire de la Ligue de baseball majeur du Québec (LBMQ), Jean-Francois Béliveau (43 ans) a unis ses efforts à ceux de Ronald Lécuyer (54 ans), pour contribuer à une victoire de 13 à 2 du Cactus, sur les Expos de Sherbrooke, le dimanche 14 juillet dernier.

Lécuyer, ancien propriétaire du Royal Lepage Plus, a réussi ses deux premiers coups sûrs en carrière dans le circuit Bélisle, en plus de «tourner» trois balles à double-jeux, avec son partenaire Rylan Sandoval, à l’arrêt-court.

«J’ai tourné ces doubles-jeux, mais j’avais une drôle de sensation intérieure. Je me sentais vraiment lent, parmi cette bandes de jeunes talentueux, dont quelques éléments ont évolué pour les Capitales de Québec, dans la Ligue Can-Am», a souligné celui qui obtiendra son «Liberté 55» en octobre prochain.

«Un des deux simples a été frappé contre Eddie Lantigua, un ancien des Capitales. Le calibre est fort en sacrifice, quand tu es sur le terrain avec les joueurs. Des estrades ou de la galerie de presse, ça parait facile, mais les gars ont une grosse coche de talent de plus que moi. Je remercie Jean-Luc de l’invitation, lui qui tient encore son bout comme joueur de 1er but, voltigeur de droite, ou encore frappeur de choix».

Grand ami de Jean-Luc Desormeaux, du Cactus, Ronald Lécuyer aura obtenu son cadeau de fête trois mois à l’avance.

«Habituellement, c’est Jayson Caron qui est rappelé par Victo, lors d’un manque d’effectifs. La partie avait lieu au stade Amédée-Roy, de Sherbrooke. Beaucoup de joueurs étaient en vacances et j’ai dit oui, pour relever ce défi».

Toujours actif dans la Ligue senior de la Rive-Nord, M. Lécuyer côtoie plusieurs de ses anciens protégés.

«Avec l’équipe de Mascouche, je retrouve entre autres Jean-François Rooney et Jayson Caron. On joue maintenant pour le plaisir».

Joueur d’un jour

Les formalités pour trouver des remplaçants ont changé, depuis son époque à la tête de l’ex-Royal Lepage Plus.

«Avant, il fallait envoyer un courriel d’intention, pour être placé sur la liste de protection d’une équipe, afin de pouvoir jouer. Cette fois-ci, j’ai seulement eu à faire ajouter mon nom au bas de l’alignement. C’est pratique pour trouver des remplaçants rapidement».

Et si l’occasion de représente, retournera-t-il sur un terrain de la LBMQ?

«Si on veut de moi, j’y retournerais en courant. J’adore encore la balle. Oui, ça me faisait bizarre de porter l’uniforme jaune du Cactus, mais cela l’a été encore plus quand j’ai revêtu une première fois le chandail de Mascouche.

Dans la LBMQ, j’avoue toutefois que j’aurais passé mon tour, si on m’avait demandé d’affronter Saint-Jérôme, ma ville», a achevé celui qui était surnommé «Linel», ou la «balayeuse», à ses meilleurs jours avec les Pichets du Baril et dans la Ligue amicale du secteur Sainte-Marcelle.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de