La revoyure : Retour sur scène pour Mes Aïeux

Françoise Le Guen
La revoyure : Retour sur scène pour Mes Aïeux
La mini-tournée du groupe Mes Aïeux passe à Saint-Jérôme le 27 juillet prochain. (Photo : Julie Beauchemin)

La revoyure, la mini-tournée de neuf spectacles de Mes Aïeux passera par Saint Jérôme le 27 juillet prochain. Un retour sur scène pour la formation après cinq ans de pause.

 

«On présentera une sorte de rétrospective, on a brassé la sauce et refait des arrangements, souligne Stéphane Archambault. C’était un prétexte pour se revoir, recommencer à faire de la musique et du même coup revoir notre public, qui nous faisait sentir qu’il s’ennuyait de nous!»

L’équipe au grand complet sera sur la scène de la Place des Festivités. «Sauf pour notre batteur qui ne pouvait pas se libérer. On sera sept.»

Saint-Jérôme, une ville pour laquelle Mes Aïeux a un attachement particulier. «Un de nos beaux souvenirs est à Saint-Jérôme. C’est la première grosse Saint-Jean qu’on a faite à nos tous débuts. On était encore relativement inconnu et on venait d’enregistrer notre album avec les moyens du bord. Pour nous c’était énorme!»

Stéphane Archambault confie que la scène lui manquait plus que ce qu’il pensait. «Je l’ai réalisé sur scène quand on fait le premier spectacle à Gatineau». Chose certaine, l’accueil est au-delà de ses espérances. «Tout de suite après ce spectacle, on a tous eu ce sentiment que le dernier qu’on avait fait était la veille. Il y avait une cohésion, le public était là et la magie était encore présente!»

On verra!

Mais pourquoi s’être arrêté? «À la fin de la dernière tournée, on s’est posé la question, comme à chaque fois, est-ce que l’on continue? Et cette fois-ci, la plupart des membres ont eu envie de faire des projets plus personnels. On ne s’est pas dit que c’était fini, mais allons-y pour les projets et on verra!» Selon Stéphane, c’est une façon de fonctionner qui leur sied à merveille. «Est-ce ce que ça va mener éventuellement à un album? On verra!» lance-t-il en riant.

Selon lui, la particularité du groupe est liée à la connexion spéciale qu’ils ont avec leur public. «Dès nos débuts on a puisé dans certains éléments du folklore, la musique des gens. Il y a une volonté pour nous de faire la musique la plus rassembleuse possible et je crois qu’on est capable d’embarquer tout le monde dans le même bateau. On a toujours considéré ça comme un privilège d’amener plusieurs générations de la même famille au même spectacle.»

Célébrer la culture québécoise

Mes Aïeux est né en 1996 après l’échec du référendum. «Nous l’avons vu comme une défaite et on s’est demandé ce qu’on pourrait faire pour que culturellement on ne tombe pas dans une espèce de déprime. On s’est dit que la seule chose qu’on pouvait faire était de célébrer la culture québécoise, de montrer ce qu’elle a de beau, de festif, de positif. En fait d’organiser un gros party et d’inviter le plus grand nombre pour que cette culture vive. On a utilisé dans un de nos albums la phrase de Félix Leclerc Chantez, le Québec ne mourra pas. C’est un peu ça qu’on a décidé de faire».

Mes Aïeux le samedi 27 juillet 2019 à 20 h 30 à la Place des Festivités.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents
  S'abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
trackback

[…] La revoyure : Retour sur scène pour Mes Aïeux – Dès nos débuts on a puisé dans certains éléments du folklore, la musique des gens. Il y a une volonté pour nous de faire la. […]