La retraite selon Marie Tremblay

Photo de Sandra Mathieu
Par Sandra Mathieu
La retraite selon Marie Tremblay

Supplément « 55 sans limite »

Oser sauter dans le vide!

Alors âgée de 60 ans, l’enseignante en arts plastiques Marie Tremblay décide de prendre sa retraite même si son ancienneté ne lui permet pas de rouler sur l’or.

Cette Montréalaise tombe sous le charme des Laurentides lors d’un souper chez des amis et, quelques semaines plus tard, elle emménage à Piedmont, seule avec son temps, son énergie et ses passions.

« J’avais un triplex en ville avec mes deux enfants que je venais de rénover. Je me disais que j’allais y vivre ma retraite et j’ai réalisé que j’avais besoin de me retrouver en plein- air tous les jours. J’ai plongé sans trop me poser de questions. Rapidement, j’ai joint des clubs de marche et, de fil en aiguille, je me suis créée un beau réseau de jeunes retraités. Je trouve toujours quelqu’un avec qui partager mes randonnées en raquette, en ski de fond, en crampon et depuis peu en ski alpin. »

Contrairement à plusieurs, Marie n’a pas planifié à la seconde près sa retraite.

Son planificateur financier l’a rapidement sécurisé qu’avec son épargne et en poursuivant son rythme de vie loin d’être effréné, elle pourrait vivre confortablement.

Angoisse de la page blanche

Marie remarque dans son entourage que l’approche de la retraite apporte un puissant sentiment de peur, « l’angoisse de la page blanche », même si financièrement, les gens sont prêts.

« Le changement apporte du positif, il faut se donner la chance d’explorer ses intérêts. Pour beaucoup, l’identité passe par le travail, mais même si on remet à plus tard, il faudra éventuellement faire face à l’insécurité. Dans le vide, il y a toujours quelque chose! »

Elle concède avoir mis de côté sa créativité pendant plusieurs années par manque de temps.

Aujourd’hui, trois ans plus tard, elle bricole dans son atelier, elle a rénové sa nouvelle maison de fond en comble et elle partage sa vie avec son nouveau conjoint rencontré dans son réseau de plein air. « J’ai aussi plus de temps à consacrer à mes enfants et petits-enfants. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de