La place des femmes dans les métiers non traditionnels en 2020

Par Kristina Servant
La place des femmes dans les métiers non traditionnels en 2020
Les femmes sont de plus en plus nombreuses à faire des métiers non traditionnels. (Photo : Kristina Servant)

Depuis quelques années, les femmes s’imposent de plus en plus dans les métiers non traditionnels. Ces femmes brisent les stéréotypes en exerçant un métier principalement composé d’hommes.

 

C’est le cas de Jessica Normand, charpentière et de Jacinthe Tremblay, électromécanicienne, qui n’ont pas hésité une seconde de se lancer dans l’aventure des métiers techniques.

Suivre ses passions

Après la fin de ses études secondaires, Jacinthe Tremblay a étudié en câblage en aérospatiale. Malheureusement, il y a eu le crash du secteur de l’aérospatial un mois avant la fin de ses études. Elle a alors travaillé sur des projets commerciaux d’envergure comme le BIXI et les lits d’hôpital Stryker. Attirée par l’électro-mécanique, elle poursuit des études en mécanique industrielle et complète une formation en électromécanique de système automatisé.

« Je suis très manuelle et j’ai toujours été curieuse de savoir comment les choses fonctionnent pour pouvoir les réparer et les fabriquer », explique Mme Tremblay.

Quant à Jessica Normand, elle a fondé une famille avant d’entreprendre des études. « J’avais 26 ans quand j’ai commencé mes études en charpenterie-menuiserie, mais je savais déjà que je voulais faire ça. En secondaire 5, nous avons visité Le Chantier et savait que j’allais intégrer l’école un jour ». Depuis qu’elle est enfant, Mme Normand construit des petites cabanes dans le bois et voulait en faire son métier.

Difficulté pour trouver un emploi ?

Pour les deux femmes, trouver un emploi a été facile. « Il faut dire que je ne suis pas impressionnante au début, parce que je pèse 100 livres et je suis toute petite, mais ça n’a jamais été un obstacle » indique Jessica Normand. Pour elle, ce n’est pas parce qu’elle est petite qu’elle ne peut pas accomplir une tâche. Pour Jacinthe Tremblay, ses études et ses références lui permettent d’obtenir les emplois qu’elle convoite.

Aussi forte qu’un gars!

Qui a dit qu’une femme ne pouvait pas être forte ? Jessica Normand, elle, peut faire une tâche très difficile physique-ment sans difficulté : « Ce n’est même pas forçant tellement j’aime ça! C’est tout naturel pour moi puisque j’ai beaucoup d’énergie ».

« Je ne suis pas Wonder-Woman, mais je suis assez forte pour faire un travail égal au gars », mentionne Jacinthe Tremblay. Par contre, si elle juge que c’est trop lourd, elle n’hésite pas à demander de l’aide à ses collègues, tout comme elle va leur prêter main-forte au besoin.

Être fière de son métier

Jessica Normand, qui est maman d’une petite fille de 5 ans, a toujours montré à ses enfants que la construction n’avait pas de genre. Elle est fière, car aujourd’hui, sa fille voit le métier de sa mère comme une normalité. « Je souhaiterais que toutes les petites filles puissent avoir cette image et en faire la norme », indique

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de