La pétition sur la vitamine C n’est pas retenue

Photo de France Poirier
Par France Poirier
La pétition sur la vitamine C n’est pas retenue
Nathalie Prud’Hommme pour qui la vitamine C a été bénéfique en diminuant considérablement les effets secondaires de la chimiothérapie. (Photo : Archives)

Nathalie Prud’Homme se dit très déçue

 

La Commission de la santé et des services sociaux a décidé de ne pas retenir la pétition qui avait été déposée à l’Assemblée nationale concernant les bienfaits de la vitamine C diminuant les effets secondaires de la chimiothérapie.

Des représentants de tous les partis politiques réunis à la Commission de la santé et des services sociaux ont décidé de ne pas retenir la pétition qui a été mise de l’avant par la Jérômienne Nathalie Prud’Homme et qui a été signée par près de 120 000 personnes.

Le député de Saint-Jérôme, Youri Chassin qui avait déposé la pétition pour sa concitoyenne à l’Assemblée nationale, le 21 mars dernier, a été écarté lors de la présentation de celle-ci devant la Commission.

« J’ai demandé si je devais me rendre devant la Commission et on m’a dit que ce n’était pas nécessaire et qu’elle serait présentée par quelqu’un de la commission. Ce que j’ai compris dans les procédures c’est qu’il pouvait y avoir un remplacement et que c’est le parti Québécois qui a décidé de faire remplacer une personne de la commission par un autre député  qui a présenté la pétition. Le président de la Commission de la santé et des services sociaux, Luc Provençal m’a expliqué que celle-ci n’avait pas été retenue à cause de l’absence d’études valables sur la vitamine C en injection pour les personnes qui font de la chimiothérapie. Je comprends la déception de madame Prud’Homme, mais la pétition aura suscité le débat sur la place publique », a souligné le député.

Pour sa part, Nathalie Prud’Homme soutient qu’elle n’arrêtera pas son combat et que cette décision n’en restera pas là. «  Je ne comprends pas que ce ne soit pas mon député qui a présenté la pétition et que celui qui l’a présentée avait des préjugés contre celle-ci. Je crois que la pétition n’a pas eu la chance d’être appuyée dans ce contexte  », a souligné madame Prud’homme..

Elle a publié un message sur sa page Facebook lorsqu’elle a appris la décision de la Commission :

Chers pétitionnaires pour les injections de vitamine C haute dose,

Vous avez été 119 875 à souhaiter une commission parlementaire sur les injections de vitamine C haute dose pour aider les personnes atteintes de cancer sous chimiothérapie.

Malheureusement nos voix n’ont pas été entendues comme elles méritaient de l’être, il n’y aura donc pas de commission parlementaire. Certains s’en réjouiront car ainsi va la démocratie.

Cependant des centaines de patients seront privés de cette thérapie complémentaire extraordinaire pour améliorer la qualité de vie des cancéreux, qui est pourtant autorisés dans plusieurs provinces canadiennes.

Sommes-nous si précieux pour mériter un encadrement médicale différent?

Mon corps, mon choix? Pas au Québec on dirait!

Oui, nous avons souhaité une ouverture de la part de nos dirigeants. Oui, nous avions des mémoires solides à présenter en argumentaire à cette commission parlementaire que nous avons réclamé avec tout notre cœur. Oui, les professionnels de la santé impliqués étaient prêts à soumettre leur expertise et expliquer les données probantes acceptées ailleurs au Canada et dans le monde.

Rien ne sert de se décourager. Je vous ai déjà expliqué qu’une équipe d’oncologue travaillais depuis plusieurs mois à l’écriture d’un essai clinique pour les injections de vitamine c haute dose. Un comité d’éthique et scientifique se penche actuellement sur la question. Le temps prouvera que nous avions raison d’être enthousiasme.

Cette commission nous la voulions car elle aurait permis d’aider un maximum de patient à travers le Québec à améliorer leur qualité de vie, tel est notre mission!

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de