La Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) s’amène à Saint-Jérôme

La Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) s’amène à Saint-Jérôme

Le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, est heureux de l’arrivée d’une franchise de la Ligue nord-américaine de hockey à l’Aréna Rivière-du-Nord.

Crédit photo : Courtoisie

Primeur Hockey senior

Une entente de principe impliquant le déménagement des Blackjacks de Berlin à Saint-Jérôme, anciennement domiciliés au New Hampshire, a été conclue avec la Régie intermunicipale de l’aréna de la Rivière-du-Nord.

Une rencontre avec les autorités, pour finaliser les détails écrits, aura lieu ce vendredi 30 novembre.

Un groupe de six actionnaires, qui inclut notamment l’ancien gardien des Panthères jr AAA, Robin Bélanger, et l’ex-propriétaire des Huskies de Rouyn-Noranda, Sylvain Danis, s’est porté acquéreur des Blackjacks de la LHAH, qui veulent élire domicile à l’aréna régional Rivière-du-Nord, dès le samedi 8 décembre.

Ancien porte-couleurs des félins de 2003 à 2005, M. Bélanger est aujourd’hui à la tête de «Pétrole et Propane Bélanger», qui possède des bureaux à Saint-Janvier (Mirabel) et à Saint-Jérôme. Cette bannière remplace le nom des Blackjacks, qui attiraient en moyenne seulement 390 partisans à leur ancien domicile de Berlin. Leur fiche saisonnière est de 3v, 7d, 0dp et 1 dt, bonne pour 7 points et le 6e rang de la LNAH.

Pour sa part, l’homme d’affaires Sylvain Danis n’a plus besoin de présentations. Maintenant domicilié à Saint-Sauveur, l’ex-résidant du secteur Saint-Antoine était à la tête du Laser de Saint-Hyacinthe (LHJMQ), au milieu des années 1990, avec Dave Morin. Le duo avait ensuite déménagé la formation en Abitibi, au Colisée Dave Keon de Rouyn.

«Nous avons créé une entité légale (compagnie), pour ensuite déposer les garanties financières, auprès de la LNAH. Les six actionnaires se sont rencontrés le lundi 26 novembre, dans un restaurant de Saint-Jérôme, afin de ficeler le dossier. Nous avons officiellement effectué une demande de constitution et de transfert d’une équipe auprès de la LNAH. Tout baigne dans l’huile du côté de la ligue», a dévoilé Robin Bélanger, qui a terminé sa carrière de portier avec La Pocatière, dans le calibre senior AAA.

Le groupe de bailleurs de fonds compte dans ses rangs des noms bien connus dans les cercles du hockey et des affaires. Outre Bélanger et Danis, Julien Rémillard (V-télévision), Me Richard Hébert (Deveau avocats de Laval), Hugo Bernard (Systèmes intérieurs Bernard MNJ & associés inc.) et Éric Lavallée (Amusements spectaculaires) ont aussi joint l’aventure jérômienne du semi-pro. Dannick Lessard, actuellement entraîneur adjoint à Nicolet, a été pressenti à titre des directeurs des opérations du club.

«Il y a des passionnés et des gens de métier, dans ce groupe relevé. Je lève mon chapeau au Commissaire de la ligue, Jean-François Laplante, à notre entraîneur-chef, Martin Daoust et à Dannick Lessard, qui ont effectué la majorité des démarches, pour nous dénicher un domicile en pleine saison. Un merci tout spécial au maire Stéphane Maher, pour l’accueil à l’aréna RDN», a poursuivi Bélanger.

Le maire Maher s’est d’ailleurs réjoui de l’arrivée de la LNAH, dans une ville qui n’a pas eu de club senior depuis l’époque du 150 de Saint-Jérôme, au milieu des années 1980.

«La ville de Saint-Jérôme est une vraie destination de hockey. Voilà deux ans que des gens de la LNAH nous approchaient pour implanter une franchise ici. À l’époque, l’étiquette d’une ligue de batailleurs était encore trop présente et nous ne voulions pas associer cette image à notre nouvel aréna familial de la Régie intermunicipale de la Rivière-du-Nord. Le style a changé et le groupe d’actionnaires comprend des gens de compétences et d’expertises reconnues. Quand tu gères un budget d’exploitations de 500 000 $ par saison, ça te prend un très bon groupe d’actionnaires», a convenu le premier magistrat.

Et Robin Bélanger de renchérir: «Le jeu de la LNAH est axé sur la vitesse, de nos jours. Nous alignons deux lignes de talent (dont l’ex-franc-tireur des Panthères, Benjamin Rubin), en plus d’un trio plus robuste. Il peut y avoir des combats occasionnels, mais les foires générales font partie du passé».

La tendance a notamment changé en 2017, alors que le coloré Richard Martel, ancien Commissaire devenu député fédéral dans la circonscription de Chicoutimi-Le Fjord, a effectué des pressions sur les équipes, afin que le circuit mise dorénavant sur le talent de ses hockeyeurs.

Projet pilote

C’est sous la forme d’un projet pilote que la Régie RDN voit le hockey semi-professionnel faire son entrée dans la cité du Curé Labelle. Les actionnaires misent plutôt sur une entente à long terme.

«Les actionnaires sont intéressés à un contrat de trois ans avec la Régie, mais nous préférons nous engager pour un projet-pilote d’un an. C’est à négocier, ce vendredi 30 novembre. Je remercie le maire de Prévost, Me Paul Germain, ainsi que la mairesse de Sainte-Sophie, Mme Louise Gallant, pour leur ouverture d’esprit au hockey senior. Il ne faut pas que le semi-pro empiète sur les activités du hockey mineur, du patinage de vitesse et du patinage artistique. Une plage horaire était disponible, pour la tenue des joutes locales, les samedis à 20h (réchauffement à 19h30). L’équipe de Pétrole et Propane Bélanger a accepté cette case», a poursuivi M. Maher.

Partenariat local

La question sur les lèvres des amateurs reste de savoir comment le semi-pro et le hockey junior AAA cohabiteront à l’aréna Rivière-du-Nord, à la patinoire no. 1, dotée de 1 100 sièges. À la fin des années 1970, les Alouettes de Saint-Jérôme et les Cheminots collégiaux AAA se partageaient l’aréna Melançon.

«J’aimerais dissiper les craintes. Il y aura une collaboration entre les Panthères et l’équipe semi-pro. Il y a moyen d’instaurer des promotions et faire du marketing conjointement. Alors que des baisses de foules sont constatées partout dans les arénas du Québec, je crois qu’une synergie commune aidera à rentabiliser les opérations des deux formations. Des locaux avaient été prévus pour le hockey féminin (ex-Cheminots collégiaux AA), à l’aréna RDN, et il y a moyen de les occuper. Je trouve ce projet pilote fort intéressant», a évalué M. Maher.

Même son de cloche auprès de Robin Bélanger.

«J’aimerais remercier M. Clément Hudon, propriétaire des Panthères et un très bon client chez nous, pour son accueil. On se respecte mutuellement et j’entrevois une bonne collaboration entre nos deux équipes. Le modèle de cohabitation existe déjà ailleurs. Les Éperviers de Sorel-Tracy et le collégial AA font bon ménage ensemble. J’invite les gens à appuyer les deux clubs, à commencer par notre match du 8 décembre prochain à 20h», a plaidé Robin Bélanger, qui espère que certains éléments locaux sortiront de leur retraite, pour faire vibrer à nouveau les partisans jérômiens.

Le modèle de marketing commun existe déjà, en théorie, à Québec. La firme Québécor, qui a acheté les Remparts de la famille Tanguay, attend le retour des Nordiques pour offrir aux amateurs des forfaits conjoints, tant aux amateurs, qu’aux entreprises de la région.

«Pour le moment, il n’y a toujours pas de partenariat concret entre le semi-pro et les Panthères. Des promesses de la nouvelle équipe, envers nous, n’ont pas été tenues. On semble nous ignorer, du côté des dirigeants du semi-pro. Nous avons clairement fait part de notre opposition à la tenue d’un match ici, le 8 décembre, tant que les promesses évoquées n’auront pas été respectées. La Régie RDN nous parlait d’un projet test d’une saison, après laquelle nous devrons nous asseoir pour réévaluer le tout. Or, on apprend que le semi-pro veut une entente de 3 ans dès maintenant. Il y a du pain sur la planche, pour la rencontre de vendredi avec la Régie. Nous n’accepterons pas n’importe quoi», a souligné M. Sylvain Charbonneau, directeur des opérations des Panthères de Saint-Jérôme.

Des honneurs locaux

Par ailleurs, même s’ils ont évolué la fin de semaine dernière sur la route avec leurs nouvelles couleurs, les joueurs du Pétrole et propane Bélanger attirent déjà l’attention.

La Ligue nord-américaine de hockey a en effet dévoilé ses trois étoiles de la dernière semaine d’activités. La première étoile a été décernée à l’attaquant Thomas Beauregard. Vendredi soir dernier, face au Cool FM de Saint-Georges, Beauregard a inscrit deux buts, dont le but gagnant sur un jeu de puissance.

Alexandre Giroux de l’Assurancia de Thetford, est monté sur la deuxième marche du podium hebdomadaire. Le gardien de but du Pétrole et Propane Bélanger, Maxime Clermont, a complété la sélection hebdomadaire. Il a signé vendredi soir son deuxième gain de la saison, en repoussant 24 des 25 lancers dirigés vers lui, pour un pourcentage d’efficacité de ,960.