La Guignolée de retour en force

Par Simon Cordeau
La Guignolée de retour en force
La collecte de rue reprend cette année, après une absence l’année dernière en raison de la pandémie.

Le 2 décembre prochain, la Guignolée des médias sera de retour dans les rues pour recevoir des dons. Les autres activités de la campagne s’étendront du 29 novembre au 31 décembre, alors que l’édition 2021 promet déjà d’être la plus importante Guignolée de l’histoire de l’organisation.

« On est très fébriles, très contents de pouvoir revenir dans les rues, le 2 décembre prochain », lance avec enthousiasme Annie Bélanger, directrice générale de Moisson Laurentides. « On revient au traditionnel, mais on a quand même maintenu toutes les alternatives mises en place l’année dernière. On multiplie vraiment les activités en décembre. »

Plusieurs façons de donner

Outre la journée de collecte, il est possible de contribuer de manière virtuelle, comme avec le pair-à-pair (ou P2P). « Sur la plate-forme sécurisée, les gens se créent un profil individuel ou d’équipe, et peuvent solliciter leur réseau pour envoyer des dons », explique Mme Bélanger. Il sera aussi pos-sible de faire des dons par texto, par téléphone ou en ligne.

Nouveauté cette année : les équipes, dans les rues et dans les magasins, auront un appareil pour faire un don par carte de débit ou de crédit. Il suffit de taper sa carte pour donner 5 $, et on peut donner jusqu’à 50 $. « C’est rapide, sécuritaire et intéressant. » Les gens transportent moins d’argent comptant depuis la pandémie, note Mme Bélanger, donc ce projet pilote permet de s’adapter aux nouvelles habitudes.

Annie Bélanger est directrice générale de Moisson Laurentides.

Il sera aussi possible de donner des denrées non périssables dans les commerces participants et les écoles des Laurentides. D’ailleurs, un nombre record d’institutions scolaires participent cette année, se réjouit Mme Bélanger. « C’est une belle porte d’entrée pour récolter des denrées non périssables. Et on peut en prendre encore! Les écoles intéressées peuvent nous contacter, et on leur fournit du matériel pour les soutenir dans leurs actions. »

La pandémie a exacerbé l’insécurité alimentaire. « Au Québec, il y a une augmentation de 22 % des besoins cette année. On voit de plus en plus de personnes faire appel aux organismes. On savait déjà que personne n’est à l’abri, mais la pandémie nous fait prendre conscience encore plus que tout peut arriver, même quand ça va bien dans notre vie », déplore Mme Bélanger. « Les besoins sont grandissants. La population a toujours été au rendez-vous. On les remercie à l’avance et on sait qu’ils sont sensibles à cette cause : l’insécurité alimentaire. »

Besoin de bénévoles

L’organisme vous invite également à par-tager votre temps. « On a besoin de plus de 2 000 bénévoles pour cette journée du 2 décembre », souligne Mme Bélanger. Pour vous inscrire, rendez-vous au guignolee.moissonlaurentides.org, où vous pourrez voir tous les points de collecte et toutes les plages horaires disponibles, entre 6h00 et 21h00.

« On a mis en place des protocoles pour s’assurer de respecter les mesures sanitaires. Tous les bénévoles qui ont accès au public vont être vaccinés et devront porter le masque. On veut protéger nos bénévoles et la population », assure Mme Bélanger.

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments