La grande traversée, version étudiante au parc du Mont-Tremblant

Par Luc Robert
La grande traversée, version étudiante au parc du Mont-Tremblant

Plein air extrême

Luc Robert – Le club de plein air de l’École secondaire des Hauts-Sommets, de Saint-Jérôme, a réuni un groupe de 15 élèves, qui a traversé en novembre dernier le parc du Mont-Tremblant, sur une longueur totale de 65 kilomètres.

Cette année, les responsables Benoit Ricard et Debbie Bouchard-Desroches, ont encadré la plus grande randonnée jamais organisée en 25 ans d’existence du club, qui comprenait des élèves de 15 à 17 ans.

«Plusieurs adorent les aventures dans la nature, alors que d’autres sont horrifiés à la seule idée de perdre l’accès à leur téléphone cellulaire. Le but était de trouver un peu d’adversité. Nous avions une équipe très en forme cette année, car plusieurs jeunes font partie de l’équipe de course de l’école», a commenté M. Ricard».

Calendrier épuisant

L’aventure a débuté à l’Accueil La Cache et s’est terminée à l’accueil du secteur Pimbina, près de Saint-Donat, quatre journées de marche plus tard.

«Le club est parti en forêt du 10 au 13 novembre, soit la fin de semaine où a eu lieu la première tempête de neige».

Le groupe est arrivé à l’accueil du Lac Caché, le premier jour, pour se diriger avec leurs sacs à dos, vers le refuge La Cache, afin de s’installer pour la nuit.

Puis, le lundi matin, la première vraie journée de marche a commencé. Depuis le refuge, les élèves ont bravé le froid mordant, avec une épaisse couche de neige, qui couvrait déjà les pistes. Les étudiants ont découvert des grottes au rocher de l’Indien, puis ils ont entamé une exténuante montée, pour terminer la longue marche de 18,5 km, au refuge du liteau, vers 15h30.

Redoubler d’efforts

La troisième étape aura été la plus difficile d’entre toutes. Contrairement aux années antérieures, Benoît Ricard a décidé de continuer la randonnée vers l’Est du Parc, encore plus loin qu’à l’habitude, en faisant dormir son groupe au refuge du Lac des Sables, au lieu du refuge du Lac Ernie. Cela s’est donc avéré une randonnée double, sans compter les élévations, de 22 km.

«Les élèves ont quitté le refuge dans un froid glacial de -15 Celsius. Le groupe est parti vite, avec une énergie élevée, marchant près de 4 km à l’heure. Cependant, après avoir observé les chutes Croches et dîné au Lac Ernie, les élèves se sont butés à une pénible montée de 2 km, avec une élévation de près de 500 m. En redoublant d’efforts, le club est parvenu de peine et de misère au Lac des Sables».

Montée finale

Malgré la fatigue palpable et les maux de jambes, les élèves sont repartis de bonne heure le mercredi matin, en direction de l’accueil de la Pimbina, pour le 4e jour et 16 km à faire.

«Après 10 longs km de marche, les élèves se sont arrêtés pour leur dernier dîner, au Relais du Lariou, et ont fait un feu pour réchauffer les mains gelées des Conquérants. Après toutes ces aventures, ils sont arrivés à l’accueil de la Pimbina vers 1h30, célébrant leurs victoires personnelles».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de