«Il ne faudrait pas prendre les gens pour des valises »

Photo de Journal Le Nord
Par Journal Le Nord
«Il ne faudrait pas prendre les gens pour des valises »
Stéphane Maher, maire de Saint-Jérôme

Lettre ouverte

 

Après le dépôt de deux constats d’infraction émis par le DGEQ contre lui, le maire Stéphane Maher a déclaré aux journalistes que c’était faux et qu’il avait des preuves irréfutables.

Nous les attendons encore… En lieu et place, il a mandaté son avocat pour qu’il fasse casser les accusations. C’est un comportement pour le moins bizarre, surtout pour quelqu’un qui clame haut et fort son innocence.

Encore plus bizarre est le fait que son avocat laisse sous-entendre que les deux victimes du traitement du maire lui ont fait un procès publiquement. J’ose espérer que dans son plaidoyer il inclura les commentaires du maire où il dit à la presse nationale que nos paroles sont des faussetés et des mensonges (9 mai 2019) et bien d’autres paroles du genre depuis 2017.

Quand on sait qu’un avocat ce n’est pas gratuit, je crois que les citoyens et citoyennes de Saint-Jérôme sont en droit de se demander qui paie pour ce procès car le montant de cette facture peut difficilement être assumé par un parti politique municipal comme le prétend le maire.
D’ailleurs, j’aimerais bien voir la résolution qui a été prise à cet effet et qui assumera le déficit dans un tel cas? Et dire qu’il a mentionné qu’il en prenait l’entière responsabilité, alors pourquoi faire payer les autres? C’est une question de crédibilité et de transparence.

De la façon que le procès a commencé et avec la lenteur des procédures, nous nous retrouvons devant la situation que j’avais mentionné en juillet dernier : le maire Stéphane Maher pourrait un jour être déclaré coupable et à siéger, tout en ayant pratiquement complété son mandat. C’est pour le moins ironique et plusieurs se demandent si ce n’est pas exactement ce que le maire recherche.

On est en droit de se demander si le maire de Saint-Jérôme a toute la légitimité morale nécessaire pour administrer la ville; les citoyennes et citoyens peuvent-ils être certains que le maire fasse passer les intérêts de la ville avant les siens?

Devant cet état de fait, et tel qu’annoncé en juillet dernier, une demande écrite a été envoyée à la ministre des affaires municipales, madame Andrée Laforest, non pas pour qu’elle s’immisce dans le processus judiciaire, mais bien pour lui demander, qu’elle relève le maire de ses fonctions, le temps du procès.

Le député du comté a également été saisi de la demande ainsi que la ministre responsable de la région, madame Sylvie St-Amour.
Il est important que la population ait confiance dans le processus judiciaire, il est grand temps pour ce gouvernement de combattre le cynisme engendré par cette situation.

Il en va de l’intégrité du processus démocratique!

Mario Fauteux
Ex-conseiller municipal de Saint-Jérôme

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de