Hyundai Kona électrique 2019 : viser dans le mille

Par Le Guide de l'auto


Le Guide de l'Auto

Article par Frédéric Mercier

Il y a des modèles qui ont le succès étampé dans le pare-brise avant même d’arriver chez les concessionnaires.

C’est le cas du Hyundai Kona électrique, dont les carnets de commandes étaient déjà bien remplis des mois avant son arrivée au Québec. Et on peut comprendre pourquoi. Avec une autonomie annoncée de 415 kilomètres, un format à la mode et un prix de départ de 45 599 $, ce VUS donne de moins en moins de munitions aux détracteurs des modèles électriques.

Oui, vous avez bien lu. Grâce à une batterie de 64 kWh et à une consommation moyenne de 17,4 kWh/100 km, le petit véhicule coréen peut franchir plus de 400 kilomètres en une charge, selon l’EPA.

Deux ans après la petite révolution amorcée par la Chevrolet Bolt EV et son autonomie de 383 kilomètres, Hyundai pousse la note un peu plus haut avec la variante électrique du Kona. De tous les modèles électriques vendus à moins de 50 000 $ à l’heure actuelle, le Kona électrique devient ainsi celui ayant la meilleure autonomie.

En hiver, le Kona en prend évidemment pour son rhume, mais même par grands froids, vous aurez assez de jus pour vos déplacements quotidiens.

Qui plus est, le Kona électrique se démarque aussi par un temps de recharge fort acceptable de neuf heures et 35 minutes sur une borne de niveau 2 (240 V). On peut également récupérer 80% de la charge en un petit peu plus d’une heure en faisant appel à une borne de recharge rapide (400 V).

Une voiture comme une autre… ou presque
Mis à part sa motorisation 100% électrique, le Kona électrique ne diffère pas vraiment du modèle équipé d’un moteur à combustion interne.

Outre la drôle de devanture dont on l’a affublé, le Kona électrique conserve un design à peu près identique. Pareillement à l’intérieur, à l’exception de la console centrale qui abandonne le traditionnel levier de vitesses au profit de quatre boutons.

Le confort des sièges est très acceptable à l’avant, mais l’espace réservé aux passagers arrière est trop limité.

La même critique vaut aussi pour l’espace alloué dans le coffre. Avec une capacité de chargement de 544 litres, le Kona électrique est à peine plus logeable que la petite Chevrolet Bolt EV (479 L) et résolument moins que la Nissan LEAF (668 L).

Forte d’une puissance de 201 chevaux et d’un couple déjanté de 290 livres-pied, la variante électrique du Kona est sans contredit la plus amusante à conduire. Les accélérations sont vives, à un point où le train avant peine à gérer le tout. Si vous enfoncez l’accélérateur, les roues avant se mettront à patiner, incapables de conserver leur adhérence au sol.

La situation aurait évidemment été différente avec un rouage intégral, mais Hyundai a pris la décision discutable de ne pas commercialiser de variante à quatre roues motrices du Kona électrique. Très décevant, surtout quand on sait que le modèle à essence y a droit.

Malgré cette lacune, le Kona électrique se démarque par un plaisir de conduire hors du commun. Le conducteur peut choisir entre trois modes de conduite (Eco, Normal et Sport) qui changent non seulement le comportement du véhicule, mais aussi l’affichage de l’instrumentation derrière le volant.

Parlant du volant, des palettes intégrées de chaque côté permettent de choisir entre trois modes de freinage régénératif. On peut ainsi conduire le Kona électrique sans trop toucher à la pédale de frein, mais le système e-Pedal de la Nissan LEAF demeure nettement supérieur.

Deux versions… en théorie
Officiellement offert en deux versions (Preferred et Ultimate), le Hyundai Kona électrique est vendu à un prix de départ de 45 599 $, soit tout juste un petit peu moins que la Bolt EV chez Chevrolet.

Toutefois, les concessionnaires n’ont aucune variante d’entrée de gamme en stock pour le moment, et la situation risque de demeurer la même pour encore quelques mois.

En attendant, les acheteurs pressés doivent se tourner vers le Kona Ultimate, dont la facture passe à 51 999 $.

Pour ce supplément de 6 400 $, vous avez notamment droit à une sellerie en cuir, un écran tactile de huit pouces (au lieu de sept) avec navigation, un toit ouvrant électrique, des sièges avant chauffés et ventilés ainsi que des phares à DEL.

Peu importe la version, le Kona électrique est chaussé de roues de 17 pouces et livré avec une panoplie de technologies d’aide à la conduite. Rappelons au passage que les acheteurs québécois ont droit à une subvention de 8 000 $ à l’achat de ce véhicule.

Bref
Pas de doute, l’arrivée du Hyundai Kona électrique symbolise un pas de plus vers la démocratisation des modèles entièrement électriques.

Avec une autonomie intéressante, une gamme d’options bien étoffée et une qualité d’assemblage irréprochable, le Hyundai Kona devient une référence dans une catégorie appelée à gagner en popularité au cours des années.

D’ailleurs, avec l’arrivée prochaine des Kia Soul et Niro entièrement électriques sans oublier la très compétente Hyundai Ioniq, force est d’admettre que les constructeurs coréens sont en train de donner toute une leçon à l’industrie automobile en matière d’électrification des transports.

On a déjà hâte de voir la riposte des marques concurrentes.

Partager cet article