Honda Insight 2019 : oui, elle est de retour


Le Guide de l'Auto

Article par Michel Deslauriers

Presque tous les constructeurs parlent d’électrifier leur future gamme de produits, et une foule d’hybrides rechargeables et de véhicules 100% électriques inonderont le marché au cours des prochaines années. Évidemment, les consommateurs pourront recharger leurs véhicules à la maison ou utiliser le réseau de bornes public afin de se déplacer du point A au point B, changeant du même coup leurs habitudes de transport.

Que restera-t-il pour ceux désirant un véhicule peu énergivore, mais qui n’ont pas envie de devoir brancher leurs voitures régulièrement? Les hybrides conventionnelles – on commence même à les appeler autorechargeables – sont-elles toujours pertinentes aujourd’hui? Honda semble le croire, puisqu’il a réintroduit l’Insight pour le millésime 2019.

Lorsqu’elle est arrivée sur le marché en décembre 1999, l’Insight était une minivoiture biplace au look fuselé, un peu étrange, disons, disposant d’un coefficient de traînée de 0,25 – un aérodynamisme extraordinaire pour l’époque. Au Canada, sa cote mixte ville/route était de 3,6 L/100 km (ou de 4,5 L/100 km selon les tests de consommation récemment révisés de Ressources naturelles Canada). La deuxième génération de l’Insight affichait un design bizarroïde, mais pouvait maintenant asseoir cinq passagers et consommait une moyenne combinée de 4,7 L/100 km (5,7 L/100 km d’après les standards d’aujourd’hui).

À l’instar de presque tous les modèles hybrides produits par Honda à ce jour pour l’Amérique du Nord, les ventes de l’Insight n’ont jamais décollé. La compagnie n’a tout de même pas jeté l’éponge et tente sa chance avec une troisième mouture. Celle-ci est basée sur la Honda Civic, partageant quelques panneaux de carrosserie, mais elle arbore un design extérieur différent. L’Insight 2019 se distingue également des deux générations précédentes avec un coffre conventionnel au lieu d’être équipée d’un hayon.

Cherchant à rivaliser la Toyota Prius, la Hyundai IONIQ et le Kia Niro, l’Insight mise sur un quatre cylindres de 1,5 litre à cycle Atkinson, deux moteurs électriques et une batterie de 1,1 kWh. La puissance totale s’élève à 151 chevaux, alors que le moteur électrique principal procure un couple maximal de 197 livres-pied et le second moteur électrique agit comme démarreur/générateur. Le 0-100 km/h s’accomplit en moins de 9,0 secondes, ce qui est adéquat considérant sa mission d’économie de carburant.

La motorisation de l’Insight fonctionne en mode 100% électrique à basse vitesse, éteignant le moteur à essence et le découplant de la transmission. À vitesse urbaine, le quatre cylindres peut agir comme générateur à bord lorsqu’il s’active, acheminant de l’énergie aux batteries qui alimentent le moteur électrique principal. En écrasant l’accélérateur, un embrayage connecte immédiatement le moteur à essence à la transmission pour un effort conjoint avec le moteur électrique. Comme c’est le cas dans la Honda Accord hybride, il n’y a pas de boîte automatique conventionnelle.

La Honda Insight 2019 consomme une moyenne mixte de 4,9 L/100 km. C’est super, mais la IONIQ (4,1 L/100 km), le Niro (4,7) et la Prius (4,4) sont légèrement moins énergivores. Lors de notre essai au début de l’hiver, l’Insight a brûlé une moyenne de 5,7 L/100 km.

Comme dans la Civic, les occupants avant doivent composer avec une assise très basse dans l’Insight, mais il y a beaucoup d’espace pour se sentir à l’aise. La banquette arrière est sculptée pour deux postérieurs, trois si le passager du milieu peut endurer une assise ferme et une bosse dans le plancher; l’Insight peut donc transporter cinq personnes aussi bien que la plupart des berlines compactes. Avec un volume de 428 litres, le coffre est aussi grand que celui de la Civic, au sommet de sa catégorie – mais il n’y a pas de poignée intérieure pour refermer son couvercle sans se salir les doigts.

La disposition du tableau de bord est similaire à celle de la Civic, mais le design et les matériaux sont différents. À l’instar de plusieurs produits Honda et Acura, l’Insight dispose d’une interface de transmission à boutons, qui n’est pas aussi intuitive qu’un bon vieux levier de vitesses. Avec le temps, on finit par s’y faire.

L’habitacle est correctement insonorisé, sa sérénité est dérangée toutefois par le bruit du moteur à essence lorsqu’il grimpe en régime. Le système multimédia comprend un écran tactile de huit pouces plutôt facile à utiliser, flanqué d’une roulette pour le volume et de quelques boutons physiques. L’intégration Apple CarPlay et Android Auto figure de série. Les commandes ont une sensation de solidité, et le tout est à portée de main.

Au Canada, la Honda Insight 2019 se détaille à partir de 27 990 $ avant les frais de transport et de préparation, et inclutdes jantes en alliage de 17 pouces, un climatiseur automatique bizone, une clé intelligente avec démarrage à distance, un siège du conducteur à huit réglages électriques, des sièges avant chauffants et une chaîne audio à huit haut-parleurs. Elle obtient aussi une suite complète d’aides à la conduite sécuritaire, comme un avertisseur de précollision frontale avec freinage autonome d’urgence, des feux de route automatiques, un avertisseur et une prévention de sortie de voie, un régulateur de vitesse adaptatif et l’affiche de l’angle mort côté passager (Honda LaneWatch).

Notre version Touring à l’essai disposait également d’un toit ouvrant, des essuie-glaces à capteur de pluie, d’un siège du passager avant à commande électrique, de sièges arrière chauffants, d’un garnissage des sièges en cuir et d’une chaîne haut de gamme à 452 watts et 10 haut-parleurs, entre autres. Mais pas de volant chauffant. Cette mouture coûte 31 890 $.

Comme l’Accord hybride, la Honda Insight est un excellent choix pour ceux à la recherche d’un véhicule peu gourmand, mais qui ne ressentent pas le besoin de se démarquer. C’est une voiture au design plus conventionnel que la Prius et la IONIQ, et plus élégant que la Civic. De plus, la motorisation hybride fonctionne de façon transparente, et l’on consommera toujours entre 5 et 6 L/100 km sans devoir brancher la voiture. Ce que l’Insight n’offre pas, c’est la perception écologique de la Prius et de la IONIQ ainsi que la polyvalence et le style pseudo-VUS du Niro.

Autrement dit, l’Insight n’attire aucunement l’attention, et n’établit pas de nouveaux standards dans le segment des compactes. Pour ces raisons, elle risque d’être un autre modèle Honda sur une longue liste d’hybrides ayant connu un échec commercial. Ça serait dommage.