Hockey semi-pro : Le sort des Pétroliers risque de se régler le 22 mai

Par Luc Robert
Hockey semi-pro : Le sort des Pétroliers risque de se régler le 22 mai
Les Pétroliers attiraient un grand nombre de spectateurs.

Si les propriétaires des Pétroliers du Nord ne mettent pas les voiles vers une autre ville d’ici là, le sort de l’équipe risque de se jouer à l’assemblée publique du mercredi 22 mai prochain, alors que tant les élus de la MRC, que ceux de la Régie de l’aréna Rivière-du-nord (RDN), siègeront successivement.

 

Les édiles se pencheront sur plusieurs dossiers, dont celui des Pétroliers.

«Je n’ai pas l’habitude de hausser le ton, mais je fais valoir mon point de vue. L’unité qui existait au sein de la Régie de l’aréna RDN s’est effritée. J’entends demander la tenue d’un vote, à savoir s’il n’y a pas moyen de reconduire le projet-pilote des Pétroliers, et de l’améliorer», a débité d’un trait Mme Louise Gallant, mairesse de Sainte-Sophie, une des trois villes habilitées à voter à la Régie RDN.

Afin de faire changer le cours des choses, des partisans ont décidé de lancer une pétition en ligne pour sauver les Pétroliers du Nord.

Vote

Si un vote ne figure pas à l’ordre du jour, Mme Gallant entend le faire ajouter à l’horaire.

«Vous serez surpris lorsque des choses seront rendues publiques. J’ai été placée devant un fait accompli. Nous sommes trois membres votants, et là, nous voterons, peu importe qui sera l’interlocuteur représentant Saint-Jérôme. Il faut faire entendre les voix de tous les membres».

Les deux réunions, tenues à l’hôtel de région, sont prévues à 14h et à 15h.

«Les Pétroliers ont répondu aux demandes, en termes de sécurité, après l’affaire Diaby. C’est comme si une bagarre débordait au Centre Bell. Vont-ils sortir le CH de l’amphithéâtre et l’expulser de la ville ? Ça allait bien ensuite. Pourquoi avoir jugé les partisans, la ville, la communauté et les Pétroliers, alors que 3 ou 4 éléments de l’extérieur ont été bannis ? Je ne veux pas aller contre (l’avis) de mes deux collègues maires, mais la situation est injuste : je veux des réponses. Ça prend de la transparence», a-t-elle évoqué.

«Par ailleurs, on prend soin de nos jeunes, avec la gratuité des heures de glaces, qui continuera. Les Panthères veulent présenter plus d’événements familiaux, amener les jeunes voir la relève locale. Ils ont besoin de publicité et d’une oreille plus attentive».

Demandes

Pour une équipe qui s’installerait cette fois pendant une saison complète à l’aréna RDN, les Pétroliers ont procédé à des demandes plus appropriées à la Régie RDN : obtenir un vestiaire permanent et un bureau, des heures d’entraînements, des vendredis soir au calendrier (la LNAH évolue les vendredis et samedis soir en saison),  et un bail de location ferme.

« Je ne pense pas que l’histoire des heures de glace soit LE problème. Pendant nos matchs du samedi soir, souvent, il n’y a aucun événement à la patinoire 2. Il y a sûrement moyen de s’ajuster : on espère présenter une dizaine de matchs les vendredis soirs et autant les samedis. On veut juste améliorer nos conditions ici», a communiqué Robin Bélanger, copropriétaire des Pétroliers du Nord.

«Nous sommes en mode solution. On s’attendait à une lettre de retour pour négocier, pas à une fin de non-recevoir de la Régie. Il va y avoir (une saison) des Pétroliers en 2019-2020 : reste à déterminer où», a-t-il tranché.

Le co-propriétaire des Pétroliers du Nord, Robin Bélanger, espère ramener l’équipe à Saint-Jérôme l’automne.
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de