Hockey collégial : Trois entraînements limités par semaine pour les Cheminots

Par Luc Robert
Hockey collégial : Trois entraînements limités par semaine pour les Cheminots
Xavier Ducharme, alors avec l'équipe du Collège Esther Blondin. (Photo : Gracieuseté)

Les Cheminots de Saint-Jérôme, de la Ligue collégiale de division 2, s’accrochent à l’espoir de disputer des parties régulières, eux qui s’entraînent trois fois par semaine à l’aréna régional de la Rivière-du-Nord.

Certains sports collégiaux, tout comme les programmes sport-études scolaires, font partie des exemptés qui peuvent pratiquer, mais sous de sévères conditions.

« C’est mieux que rien. Nos pratiques sont encadrées par les règles de la santé publique. Nous avons droit à six joueurs et deux entraîneurs à la fois sur la glace : soit deux joueurs en zone défensive, deux en zone neutre et deux joueurs en zone offensive. Il n’y a aucun contact, mais on peut pratiquer nos habiletés à souhait. Nos séances durent 45 minutes », a détaillé l’entraîneur-chef Benoît Gratton.

À leur première année d’existence, les Cheminots version 2.0 ont hâte de mettre à exécution les techniques apprises de l’ancien joueur professionnel.

« Ça fait bizarre de tenir des pratiques en duo, mais au moins, on touche à la glace, ce qui n’est pas le cas de la majorité des joueurs de la province. Benoît réussit à varier les entraînements et à garder ça plaisant. Avec tous ses exercices d’habiletés, on va avoir amélioré nos mains, c’est certain ! », a analysé la recrue Xavier Ducharme.

La formation jérômienne se croise les doigts et espère pouvoir disputer ne serait-ce que quelques parties officielles.

« On a tenu deux joutes hors-concours face à Lionel-Groulx, à la fin de septembre, en annulant à chaque occasion contre cette équipe de division 1. Il y a des rumeurs que le RSÉQ aimerait tenir un calendrier jusqu’à la fin de mai, si possible, pour finir en même temps que les classes. On essaie d’être optimiste, car ce serait des parties régionales. Avec les zones rouges et orange  en place, ça me surprendrait beaucoup que nous croisions le fer avec les clubs de l’Est, Rimouski, Québec, Thetford Mines et Victoriaville », a jonglé tout haut M. Gratton.

Pour l’ailier gauche Ducharme, il faut regarder les choses comme elles se présentent, en pandémie.

« Je ne veux pas me créer trop d’attentes et être déçu ensuite. On veut jouer du hockey de printemps, mais il ne faut pas penser trop loin en avant. On n’a pas pu travailler notre jeu d’ensemble, avec les restrictions. Benoît parlait de m’essayer au centre, ce qui pourrait être une option intéressante. »

Celui qui étudie pour une deuxième session au Cégep, en sciences humaines profil monde, n’est pas débarqué seul à Saint-Jérôme.

« Il n’y a pas de hockey compétitif au Cégep de Joliette. Deux de mes anciens coéquipiers au Collège Esther Blondin se sont joints à moi, avec les Cheminots. C’est bon d’avoir une continuité, dans ces moments troublés », a avoué le patineur de 17 ans.

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments