Guide alimentaire canadien 2019

Photo de Redaction Journal
Par Redaction Journal
Guide alimentaire canadien 2019
Gabriel De Luca le chef de production des Cuisines Nutri-Déli avec Simon Bélisle, superviseur aux opérations. (Photo : Courtoisie)

Chez Nutri-Déli le virage était déjà amorcé

Françoise Le Guen

Chez Cuisines Nutri-Déli à Saint-Jérôme, qui fournit les repas dans les 41 écoles de la Commission scolaire Rivière-du-Nord, le nouveau Guide alimentaire canadien est accueilli favorablement. Ici, le virage était déjà amorcé notamment en ce qui concerne les proportions de fruits et légumes dans les assiettes.

Dans le nouveau guide, on ne parle effectivement plus de portions ni de quantités précises, mais d’une variété d’aliments en fonction des proportions. Il suggère aussi d’avoir 50 % de fruits et légumes dans les assiettes. « On va tendre vers ça, c’est sûr qu’avec la clientèle étudiante il faut que ça se fasse graduellement pour qu’elle réponde à l’appel, souligne Simon Bélisle, le superviseur des Cuisines. On a toujours considéré que pour bien manger les gens ne devaient pas nécessairement calculer, mais être attentifs à la proportion dans les assiettes. Pour l’instant nous avons une proportion assez importante de fruits et légumes ».

Un enjeu, le coût

Simon Bélisle note qu’un enjeu se situe au niveau du coût des fruits et légumes frais, dépendamment de la saison. « Pour nous, le défi va être d’augmenter la proportion de fruits et légumes. L’hiver, l’approvisionnement peut être un peu plus difficile. Mais il y a des alternatives. Nous, on compose avec des fruits style compote et salade de fruits dans nos desserts, qui sont faits maison ». Toutes leurs soupes sont aussi faites maison avec une bonne proportion de légumes, toutes les brunoises sont coupées avec des légumes frais. « Et on élimine graduellement tout ce qui est produit usiné, ce dont fait mention le guide alimentaire. Ici le virage était déjà amorcé à ce niveau-là. »

Du côté des produits laitiers

Les repas en cafétéria sont contrôlés par une diététiste, Christine Gadonneix. « Chaque année, on revoit nos menus avec elle et graduellement on change des choses pour arriver à un menu optimal ». Dans le nouveau guide, les produits laitiers, qui formaient autrefois un groupe alimentaire, sont maintenant dans la catégorie des aliments protéinés. « On les comptait déjà comme une source de protéines additionnelle. Pour la diététiste, ça prenait des protéines à la fois laitières et celles provenant de noix ou de légumineuses qu’on utilise déjà beaucoup comme les pois chiches, haricots et lentilles. On a déjà de bonnes avancées à ce niveau-là. » Selon Simon Bélisle il n’y a pas beaucoup de demandes pour les produits à base de soya. « Et pour les menus végétariens, c’est un peu difficile au niveau de primaire avec un menu par jour. Pour le secondaire, où il y a deux menus, on essaye le plus possible d’avoir un choix végétarien, style falafel, et un choix à base de viande. On est capable d’accommoder la clientèle végétarienne au primaire avec des salades ou des bruschettas. » À la Polyvalente Saint-Jérôme, sur 200 repas, une cinquantaine sont végétariens.

 

Cuisines Nutri-Déli

115 employés travaillent chez Cuisines Nutri-Déli, répartis dans les 41 écoles.

• Un grand nombre de repas sont préparés sur place au niveau des écoles secondaires. Pour les écoles primaires, les plats sont faits à la Polyvalente Saint-Jérôme où est situé leur centre de production.

• Les cuisines fournissent du lundi au mercredi entre 800 et 1 500 repas, les jeudi et vendredi entre 2 000 et 3 000 repas.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de