Fin du partenariat entre les villes

Par Simon Cordeau
Fin du partenariat entre les villes
DCIM101MEDIADJI_0476.JPG (Photo : Nordy)

La régie du Parc régional de la Rivière-du-Nord sera dissoute, souhaitent les municipalités de la MRC de La Rivière-du-Nord. Saint-Jérôme et Prévost administreront chacun la partie du parc qui se situe sur leur territoire.

En discutant avec les maires et mairesses de la MRC, on constate que la gestion intermunicipale du Parc régional n’a plus vraiment de raison d’être.

D’un côté, Prévost souhaite transformer sa partie du parc en pôle récréotouristique, culturel et communautaire. « Les villes de Saint-Hippolyte, Sainte-Sophie et Saint- Colomban ne sont pas intéressées à mettre beaucoup de sous là-dedans, et il faut les comprendre », explique le maire de Prévost, Paul Germain.

De l’autre, les municipalités voisines préfèrent développer des parcs, espaces verts et activités de plein air sur leur propre territoire. « C’est une question d’investissement. Nous, on a investi dans nos sentiers, dans nos cours d’eau, pour acquérir le mont Tyrol et le camp de l’Armée du Salut. On veut sauver les sous du Parc régional pour les investir à Saint-Hippolyte », illustre le maire sortant de Saint-Hippolyte, Bruno Laroche.

Les espaces verts seront protégés

Louise Gallant, présidente de la régie du Parc régional de la Rivière-du-Nord et mairesse sortante de Sainte-Sophie, assure que la pérennité des espaces verts sera garantie, par écrit, malgré la dissolution. « Ce sera très clair. Il faut sauvegarder ça, c’est un endroit tellement formidable. Si on permettait du développement immobilier, par exemple, les citoyens se lèveraient et contesteraient, j’en suis certaine! »

« C’est une question d’investissement. […] On veut sauver les sous du Parc régional pour les in v e s t ir à Saint-Hippolyte. » – Bruno Laroche, maire sortant.

Même son de cloche à Saint-Hippolyte. « À partir du moment où nous avons un engagement de Saint-Jérôme et de Prévost de maintenir l’état du parc, on va s’en aller. J’ai énormément confiance en les administrations présentes et futures. Ce parc-là qui a été développé est aujourd’hui un très beau parc régional, et ce n’est pas l’intention des administrations actuelles de l’abandonner », insiste Bruno Laroche, qui est aussi préfet sortant de la MRC.

Mme Gallant précise toutefois que la dissolution de la régie, prévue pour 2023, est un long processus qui prendra l’accord du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH). « La régie ne se dissout pas comme on veut. Il faut que le gouvernement provincial approuve. »

Renaissance à Prévost

Le maire de Prévost considère que la partie du parc qui se trouve sur son territoire est négligée. « Le Parc régional a été créé il y a environ 40 ans. À ce moment-là, ses fondateurs avaient la mission de faire un pôle récréotouristique dans les Laurentides, pour attirer les gens dans la région. Il y avait deux pôles de prévus. Un au parc des chutes Wilson : celui-là s’est réalisé, et c’est un endroit fantastique. Cependant le deuxième pôle, qui devait être à Prévost, n’a jamais eu lieu », déplore M. Germain.

C’est pourquoi il souhaite que Prévost s’en occupe directement. « On a décidé d’acheter une partie du terrain pour faire l’école secondaire. Avec la future bibliothèque et le centre culturel là, ça va devenir notre pôle : le pôle qu’on aurait toujours voulu avoir. Mais c’est nous autres qui allons le gérer. »

Ce projet intégré fait partie d’une vision d’ensemble pour Prévost que la mairie et le conseil de ville, tous réélus par acclamation, souhaitent mettre en oeuvre. « Notre bibliothèque va même louer des kayaks! On a plein d’idées pour développer la partie nord du parc, dans le respect de sa mission récréotouristique. On veut en faire un parc naturel, pour nos citoyens et pour attirer des gens dans notre ville. Je répète souvent : « Le parc est mort, vive le parc! », parce que c’est pour le bien du parc. Prévost aura les coudées franches pour améliorer sa partie », explique M. Germain.

Stabilité à Saint-Jérôme

« C’est peut-être une très bonne nouvelle pour les Jérômiens. C’est un joyau qu’on a entre les mains. Il va s’ajouter à notre beau réseau de parcs », déclare la mairesse sortante de Saint-Jérôme, Janice Bélair-Rolland.

Malgré la dissolution prochaine de la régie du Parc régional, Mme Bélair-Rolland ne prévoit pas de nouveaux projets dans l’immédiat. « On va peut-être le bonifier, éventuellement, en créant des activités supplémentaires. Il y a aussi l’idée de le rendre plus attrayant, peut-être avec de la publicité, pour augmenter ses revenus. »

La gratuité sera maintenue pour les résidents de Saint-Jérôme, assure la mairesse sortante. « Ça sera beaucoup plus simple. Là, on la renouvelle d’une entente à l’autre. À partir du moment où c’est à nous, ce sera plus facile à gérer. »

La fin de la contribution des autres municipalités n’aura pas un impact significatif sur le budget de la Ville, précise Mme Bélair- Rolland. « Le parc subvient déjà assez bien à ses besoins. » Elle ajoute que Saint-Jérôme payait déjà la majorité des coûts liés au parc.

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments