Ferrari Roma : une nouvelle bête de plus de 600 chevaux

Par Louise Guertin
Ferrari Roma : une nouvelle bête de plus de 600 chevaux


Le Guide de l'Auto

Article par Guillaume Rivard

Décidément, Ferrari ne chôme cette année. Après avoir lancé les SF90 Stradale, F8 Spider et 812 GTS, le prestigieux constructeur italien nous présente maintenant la Roma.

Ce nouveau coupé est décrit comme « une interprétation moderne du style de vie insouciant de la ville de Rome dans les années 1950 et 1960 », d’où le nom. Il s’inspire plus précisément des voitures de grand tourisme à moteur central avant telles que la 250 GT Berlinetta Lusso et la 250 GT 2+2.

Côté design, l’accent est mis bien évidemment sur la pureté des lignes et des surfaces, ce qui donne une silhouette vraiment harmonieuse. Tous les détails superflus ont été éliminés. Par exemple, les poignées de portes sont affleurantes avec la carrosserie et les ouvertures de la calandre se limitent au strict minimum.

En même temps, on retrouve à l’extérieur plusieurs technologies sophistiquées, comme les phares à matrice à DEL et l’aileron arrière mobile qui se déploie automatiquement quand la voiture se déplace à haute vitesse.

À propos, la Ferrari Roma peut atteindre des vitesses remarquables : 0 à 100 km/h en 3,4 secondes et une vitesse de pointe supérieure à 320 km/h. C’est le fruit d’un V8 biturbo de 3,9 litres qui génère 611 chevaux à 7 500 tours/minute et un couple de 561 livres-pied à 5 750 tours/minute. Membre de la famille de V8 qui a remporté le prix du moteur international de l’année quatre fois consécutives, il emploie un système de gestion variable de la turbocompression afin de livrer des réactions immédiates lorsqu’on appuie sur l’accélérateur.

Les ingénieurs ont aussi développé une boîte à double embrayage à huit rapports qui se veut plus compacte et plus légère que l’ancienne à sept rapports. Ferrari promet des passages plus rapides et fluides de même qu’une consommation d’essence réduite.

Au niveau du châssis, on apprend que 70% des composants sont nouveaux. La Roma aurait même le meilleur ratio poids-puissance de la catégorie (2,4 kg/ch), ce qui présage une maniabilité exceptionnelle. Les jantes mesurent 20 pouces, en passant.

À l’intérieur, les designers de Ferrari ont repensé leur concept de cockpit pour envelopper encore davantage le conducteur et le passager dans des espaces séparés. Toute l’interface de conduite a été redessinée, à commencer par le volant qui réunit des commandes haptiques pour l’ensemble des fonctions principales de la voiture. Derrière se trouve une instrumentation numérique de 16 pouces et, à droite, un écran tactile vertical de 8,4 pouces qui, selon Ferrari, est incroyablement intuitif et convivial à utiliser.

Au fait, la Roma se veut un « coupé 2+2 », donc attendez-vous à des places arrière symboliques qui servent essentiellement de rangement.

Partager cet article