Les femmes et le pouvoir du changement

Photo de Redaction Journal
Par Redaction Journal
PHOTO: Courtoisie

Nadine Le Gal

Directrice générale du cégep de Saint-Jérôme

Votre plus grande réalisation?

Du point de vue personnel et « sociologique » : Mes trois filles qui deviennent des citoyennes ouvertes sur le monde.

Du point de vue professionnel : Mon engagement au sein d’une noble cause : l’éducation !

Vos souhaits?

Au niveau local, pour ma région? Augmenter la diplomation de nos citoyens, jeunes et adultes.

S’il y avait une chose à changer dans votre région?

Ce serait d’accentuer la concertation. Une région forte et unie permet une prise de position plus cohérente auprès de nos gouvernements.

S’il m’était possible de poser un geste ou d’apporter une idée pour que ce changement se réalise, ce serait de rassembler dirigeants, élus, entrepreneurs, pédagogues et chercheurs afin d’établir des stratégies innovantes. Nous sommes « Plus grand, ensemble! ».

Au niveau global, s’il y avait une chose à changer dans le monde ce serait quoi?

Le changement social passe par l’égalité des chances. Les femmes ne peuvent plus être sur la voie d’évitement : elles doivent prendre la parole et avoir accès au pouvoir.

S’il vous était possible de poser un geste ou d’apporter une idée pour que ce changement se réalise?

Rendre l’éducation accessible à tous! Un monde éduqué en est un plus en santé, plus respectueux (des gens et de l’environnement!), plus tolérant, plus heureux et plus créatif.


Louise Gallant

Mairesse de Sainte-Sophie

Votre plus belle réalisation ?

Devenir mairesse d’une aussi belle municipalité comme Sainte-Sophie et de prouver aux citoyens que les gens impliqués en politique ne sont pas tous corrompus est, à mon avis, ma plus grande réalisation et celle dont je suis extrêmement fière!

Vos souhaits ?

Au niveau local : Plus d’accès aux soins spécialisés médicaux, de l’aide gouvernementale pour le développement économique et industriel; un nouvel hôpital et un meilleur entretien du réseau routier; que le premier ministre rencontre les maires des MRC et qu’il comprenne nos besoins réels.

Dans le monde : la protection des enfants (maltraitance, viols, abandons); des peines pénales extrêmement sévères sans possibilité de retour des enfants dans le milieu fautif.


PHOTO: Courtoisie

Sylvie Chartrand CPA, CA

Associée chez Raymond Chabot Grant Thornton et présidente de la Chambre de commerce et de l’industrie du Saint-Jérôme Métropolitain

Quelle est votre plus grande réalisation, celle dont vous êtes le plus fière?

Je suis très fière d’être à la tête du bureau de Raymond Chabot Grant Thornton de St-Jérôme et de voir sa croissance continue, année après année. C’est stimulant de conseiller des entrepreneurs et de les accompagner dans leurs décisions d’affaires.

Qu’est-ce que vous souhaitez pour votre région ?

Nous avons la chance d’avoir un milieu de vie attrayant doté d’infrastructures importantes tant au niveau de la santé, de l’éducation que des loisirs. Je ne peux souhaiter qu’encore davantage d’entrepreneurs viennent s’installer ici afin de stimuler le développement de notre centre-bille et de nos quartiers industriels.

S’il y avait une chose à changer dans votre région, ce serait quoi ?

Une équité dans l’investissement en santé pour notre région. Notre centre hospitalier ne reçoit pas la part du budget qui devrait lui revenir en comparaison du nombre/âge de personnes qui composent la population de la région. Un meilleur financement permettrait d’améliorer de nombreux services, de réduire les temps d’attente et d’améliorer la qualité de vie des usagers.

S’il vous était possible de poser un geste ou d’apporter une idée pour que ce changement se réalise, ce serait quoi ?

Mon implication auprès de la Fondation de l’Hôpital régional me permet de sensibiliser mon entourage à la différence que procure chaque petit don… qui, mis en commun, permet d’investir plus d’un million par année!

S’il y avait une chose à changer dans le monde, ce serait quoi ?

Si les baguettes magiques existaient, je m’en servirais pour éliminer la pauvreté de la surface de la planète!


PHOTO: Courtoisie

Mélanie Hébert

Vice-présidente du RFL et coordonnatrice du centre de femmes Liber’Elles

Quelle est votre plus grande réalisation, celle dont vous êtes le plus fière ?

Que le RFL soit une référence régionale en matière de condition féminine, qu’il agit politiquement pour que les droits et les intérêts des femmes soient respectés.

Qu’est-ce que vous souhaitez pour votre région?

Que plus de femmes se présentent dans les lieux décisionnels afin de faire entendre leur voix et celle de toutes les femmes.

S’il y avait une chose à changer dans votre région, ce serait quoi ?

Que les élus soient plus sensibilisés aux problématiques vécues par les femmes (pauvreté, violence, santé mentale, etc.) et que des actions concrètes soient mises en place.

S’il vous était possible de poser un geste ou d’apporter une idée pour que ce changement se réalise, ce serait quoi ?

Ce serait d’organiser une journée de réflexion avec des représentantes d’organismes communautaires venant en aide aux femmes et des élus afin de discuter des enjeux sur la condition féminine et trouver des pistes de solution communes.

S’il y avait une chose à changer dans le monde, ce serait quoi selon vous ?

Que les conditions de vie des femmes deviennent une priorité pour les représentants du pouvoir à travers le monde.

S’il vous était possible de poser un geste ou d’apporter une idée pour que ce changement se réalise, ce serait quoi ?

Ce serait de promouvoir le féminisme dès l’enfance afin de sensibiliser les jeunes filles et garçons sur les droits et libertés des femmes.


PHOTO: Courtoisie

Stéphanie Gaussirand

Présidente du Regroupement des organismes communautaires des Laurentides

Quelle est votre plus grande réalisation, celle dont vous êtes le plus fière?

Mes 15 ans de travail pour la défense du bien commun à travers le mouvement communautaire de la région.

Qu’est-ce que vous souhaitez pour votre région?

Un développement juste et équitable où l’humain est au cœur des préoccupations.

S’il y avait une chose à changer dans votre région, ce serait quoi ?

Plus d’accessibilité aux services publics universels et gratuits pour la population.

S’il vous était possible de poser un geste ou d’apporter une idée pour que ce changement se réalise, ce serait quoi ?

Un réinvestissement gouvernemental et une correction de l’iniquité régionale en santé et services sociaux.

S’il y avait une chose à changer dans le monde, ce serait quoi ?

Un retour à des valeurs plus sociales et écologiques, et la fin d’un capitalisme sauvage et d’une marchandisation à outrance.

S’il vous était possible de poser un geste ou d’apporter une idée pour que ce changement se réalise, ce serait quoi ?

Être près de sa communauté et valoriser l’implication citoyenne. Aller davantage vers une économie de proximité.

Encourager l’achat local.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de