|

«Un beau travail d’équipe» -Le capitaine Daniel Limoges

Par Lpbw

La bonne coordination d’une équipe de sauveteurs et la rapidité d’intervention d’un collègue de travail a vraisemblablement sauvé la vie d’un travailleur de l’entreprise Asphaltec de Saint-Jérôme, lundi matin.

Vers 9h55, lundi, un employé de l’entreprise Asphaltec, qui produit principalement de l’asphalte sur leur site de la rue Roland-Godard, serait monté sur une benne pour déloquer un bouchon dans l’entonnoir, lequel mesure environ huit pieds, selon les informations recueillies auprès des policiers.

L’homme aurait perdu pied et serait tombé avec environ 10 tonnes de poussière de pierre, une matière hautement compactable. Les policiers évaluent à 20 tonnes la pression exercée par la pierre.

Selon les pompiers, c’est un collègue de travail qui a fait la première intervention cruciale. Ce dernier aurait protégé la tête de la victime en formant un entonnoir avec des morceaux de carton, pour ne pas que la pierre retombe sur son visage. Une action qui lui aurait sauvé la vie, selon les pompiers.

Un travail d’équipe

Les secouristes ont commencé à déterrer la victime, tout en assurant sa stabilité. On lui a donné de l’oxygène. L’homme n’aurait jamais perdu conscience et a même parlé aux secouristes. «Au début, il parlait de façon saccadée aux pompiers, parce qu’il manquait d’air», explique Mario Saint-Pierre du service des incendies.

Croisé à la sortie des lieux, le capitaine Daniel Limoges du service des incendies de Saint-Jérôme parlait d’une belle réussite au plan de la coordination des services de secours.

Les secouristes ont commencé à déterrer la victime et, avec des panneaux de bois, ont lentement isolé la personne par la technique de l’étaiement.

Des ambulanciers, des policiers et 22 pompiers étaient sur place, l’échelle des pompiers déployée pour sortir le corps avec un harnais. L’opération de secours s’est terminée vers 11h20, alors que la victime était transportée par ambulance.

Lien familial

La victime aurait un lien familial avec le propriétaire de l’entreprise, Guy Desjardins, contremaître sur les lieux. On imagine facilement le stress que la situation peut causer et l’homme a été traité pour un choc nerveux.

Une seconde ambulance est arrivée sur les lieux, à 11h45, pour lui donner les soins d’usage: «Il y avait beaucoup d’émotions», confiait un policier qui a assisté à l’opération de sauvetage.

Hors de danger

La victime a été transportée à l’Hôtel-Dieu de Saint-Jérôme mais on ne craignait pas pour sa vie. On ne peut confirmer si l’homme est sorti de l’hôpital, mardi matin, mais on ne pense pas qu’il aura de grave séquelle physique.

Une enquête est évidemment en cours par la CSST, mais on ne parle pas d’enquête criminelle dans cet accident de travail.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.