Exode heureux pour la Ligue des Bleus et Verts

Par Mychel Lapointe

La ligue de hockey des Bleus et des Verts est bien connue des adeptes : elle a vu le jour en 1976-1977, avec une bande de joueurs du CÉGEP de Saint-Jérôme.

Le circuit disputait ses rencontres à l’aréna Jacques Locas (aréna mineur pour les intimes), mais la condamnation de ce dernier amphithéâtre a forcé une migration en deux temps. «Nous étions la plus vieille ligue de garage à Jacques Locas sr. Nous avons été déplacés à Cap-Jeunesse, mais les heures tardives ne convenaient pas aux gars. Après quatre matchs, nous avons décidé de plier bagage. L’automne suivant, nous sommes revenus à la charge en déplaçant nos pénates au nouvel aréna de Saint-Canut», a brossé comme portrait le président de la ligue, Daniel Blondin, qui complète sa 24e campagne à ce titre.

Ce sont maintenant les mardis soirs, de 21h30 à 23h, que les joyeux lurons des Laurentides s’amusent entre eux à Mirabel. «Les gars étaient contents d’évoluer ensemble de nouveau. Il y a des vieux de la vieille, parmi les effectifs. Gérard «Liberté 55» Paquette, Richard Laforge et moi-même sommes là depuis les débuts de la ligue. Il y a une franche camaraderie entre nous, surtout avec l’officiel Marc St-Pierre, qui pourrait arbitrer sa 3000e partie avec nous l’an prochain. Il est rendu au-delà de 2900 joutes, j’en suis certain», a-t-il évoqué.

Pas de chichi

Dans la ligue des Bleus et des Verts, des séries 2 de 3 sont constamment à l’enjeu. Pas de pression, de sommaires de matchs ou de classement des compteurs. «On équilibre les alignements, entre les réguliers et les joueurs de réserve. Tout le monde finit par jouer avec tout le monde. S’il y a un accrochage entre deux gars, ils jouent ensemble lors du prochain match. Mieux que ça, il n’y a pas de punitions au banc. Chaque infraction entraîne un lancer de punition. Notre secret repose sur 22 gars amicaux qui s’impliquent pour faire de ce circuit un succès». «S’il y a des gars trop compétitifs, ils iront jouer ailleurs. On a un travail, le lendemain, et nous sommes là pour décompresser. La 1ère ligne est plus forte que les autres, mais les gars se respectent et ne s’arrangent pas pour faire mal-paraître un autre gars. Notre moyenne d’âge se situe à 45 ans, bien que nous ayons quelques têtes grises de 50 ans. On a eu bien du plaisir ensemble, dans la chambre à Noël, et puis là, on s’enligne pour un party de fin d’année prometteur à la Cage aux Sports», a réitéré M. Blondin.

La provenance des joueurs est diversifiée : les patineurs proviennent de Saint-Hippolyte, de Saint-Jérôme, de Saint-Janvier et bien sûr, de Saint-Canut. «Les gars de Saint-Canut ne veulent plus qu’on déménage! La glace est de bonne qualité, l’éclairage aussi. C’est un beau circuit, sans marqueur. Fini les têteux de passes… On jour pour le plaisir, bien que plusieurs anciens ont joué du bon calibre, qu’on pense notamment à René Bouvrette. Dans un monde idéal, on jouerait une demi-heure plus tôt, mais on s’accommode très bien des bonnes conditions actuelles».

Ligue Body Shop

La semaine dernière, dans la ligue Body Shop, les Bleus étaient sur le point de remporter le premier point de la joute, avec une marque de 2-1 et 6,7 secondes à faire, alors que Fred Trudel créa l’égalité!

En deuxième, le jeu était encore à égalité, mais avec 1 :30 à faire, un revirement en zone centrale a permis encore une fois aux Blancs de l’emporter en toute fin de période. Les blancs ont ainsi remporté le duel 4 à 2. En 3e, les Blancs ont poursuivi sur leur lancée, en enfilant 4 buts sans riposte. Victoire de 6-1. Francis Dupras a connu une soirée de 3 passes, sauf qu’elles étaient destinées… aux adversaires, et bonnes à chaque fois pour un filet! «Il est toujours bon d’avoir un adversaire comme Francis pour aider l’équipe adverse», a souligné sont coéquipier Christian Lachance, qui a trouvé la soirée longue à ses côtés.

DekHockey

La popularité croissante du DekHockey connaît des sommets, au point où les dirigeants ont décidé en conseil d’administration d’ajouter deux nouvelles équipes de catégories B.

Les enfants de 10 à 12 ans peuvent donc s’inscrire sur le site de la Ville de Saint-Jérôme. À noter qu’il reste aussi quelques places dans la catégorie A. Pour plus d’infos, ou encore si des commerces aimeraient commanditer la ligue, on peut communiquer avec Patrick Léveillé, au 450-431-3868.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de