Enseignement supérieur : Un pôle régional pour favoriser la collaboration

France Poirier
Enseignement supérieur : Un pôle régional pour favoriser la collaboration
Sylvie de Grosbois, vice-rectrice UQO, Michel Louis Beauchamp, directeur général du Collège Lionel-Groulx; la ministre Sylvie D’Amours, le député Youri Chassin et la directrice générale du Cégep de Saint-Jérôme, Nadine LeGal. (Photo : Courtoisie )

Supplément : Cours et formation

 

La ministre responsable des Affaires autochtones et ministre responsable de la région des Laurentides, Sylvie D’Amours s’est rendue au Cégep de Saint-Jérôme pour annoncer la création d’un pôle régional en enseignement supérieur.

 

C’est au nom du ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge que madame D’Amours a remis une aide financière de 250 000$ au Cégep Lionel Groulx, au Cégep de Saint-Jérôme, à l’Université du Québec en Outaouais (UQO) et à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), par l’entremise de son centre situé à Mont-Laurier.

Elle était accompagnée du député de Saint-Jérôme et adjoint parlementaire du ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, M. Youri Chassin.

Mobilisation

Ce nouveau pôle régional vise à établir la concertation et la mobilisation entre les deux ordres d’enseignement supérieur en lien avec la pertinence et la cohérence des parcours d’études; coconstruire des parcours d’études diversifiés, novateurs et intégrés, qui favorisent l’accessibilité et la diplo-mation à l’enseignement supérieur; encourage la collaboration avec les commissions scolaires, le milieu scolaire, le monde municipal, le milieu culturel et le milieu socio-économique.

Grâce à ce pôle régional, les établissements d’enseignement souhaitent ainsi explorer de nouveaux parcours de formation, mettre en œuvre des projets pilotes innovants et évaluer les projets réalisés. À terme, les projets qui auraient démontré une efficacité appréciable pourraient être « transférables » aux établissements du réseau de l’enseignement supérieur de l’extérieur de la région.

« Nos jeunes sont le futur du Québec, et évidemment de la belle région des Laurentides. Ils occuperont l’avant-scène de leur développement en devenant des acteurs de changements et de progression. Et pour que cela se produise, ils ont besoin d’outils. Ils doivent pouvoir compter sur les meilleures chances possibles d’atteindre leur plein potentiel. Cela passe par la formation, l’apprentissage et le développement de compétences. L’annonce d’aujourd’hui vient répondre, en partie, à ce besoin, et j’en suis bien heureuse », a souligné Sylvie D’Amours.

Mise en commun de ressources

« Le gouvernement du Québec appuie l’initiative du pôle régional en enseignement supérieur dans la région des Laurentides et croit aux retombées positives qui découleront de la mise en commun des ressources régionales. Ce projet permettra de bonifier l’offre de programmes de formation et de favoriser l’obtention de diplômes reconnus sur le marché du travail. Avec la concertation des acteurs du milieu, qui vient mutualiser les ressources, nous améliorons l’accessibilité aux études, toujours au plus grand bénéfice des étudiants et étudiantes. Il est évident que cela sera très positif pour les employeurs de la région », expliquait Youri Chassin, député de Saint-Jérôme et adjoint parlementaire du ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (volet enseignement supérieur).

Faits saillants

Jusqu’à présent, dans le but de stimuler la concertation des établissements pour apporter une réponse à des problématiques communes, le gouvernement du Québec a soutenu la création de pôles, notamment dans les régions suivantes : Bas-Saint-Laurent et Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Outaouais, Saguenay–Lac-Saint-Jean, Chaudière Appalaches, Capitale-Nationale et Estrie.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de