« Enfin, la vengeance » – Un premier roman pour Jean Chapleau

Françoise Le Guen
« Enfin, la vengeance » – Un premier roman pour Jean Chapleau
L’auteur de Prévost, Jean Chapleau, publie un roman policier. (Photo : Françoise Le Guen)

Le Prévostois Jean Chapleau se lance dans la grande aventure de la fiction et publie un premier roman, Enfin la vengeance, dont l’action se déroule dans les Laurentides, sur fond d’intrigue policière. Il y sera notamment question d’intimidation.

 

À la retraite du cégep Saint-Jérôme depuis janvier 2012, Jean Chapleau a enseigné en Technique d’éducation spécialisée pendant 21 ans. En 2015, il publiait Récit d’un séjour au Cameroun. Le roman policier est son cinquième livre.

« J’écrivais des histoires en même temps que je rédigeais mon livre sur le Cameroun. J’écris régulièrement, pour le plaisir. En général j’y passe au moins une quinzaine d’heures par semaine. J’ai fait un recueil de nouvelles. J’ai aussi écrit un roman qui se passait dans une école secondaire, mais je les ai mis de côté. Enfin la vengeance a commencé par une nouvelle », explique l’auteur, qui a envoyé dernièrement chez des éditeurs un deuxième manuscrit, cette fois à caractère plus humoristique.

Ce dernier a commencé sa carrière d’enseignant dans les classes de cheminement particulier avant d’avoir un poste d’éducateur spécialisé auprès de jeunes femmes enceintes en difficulté d’adaptation, au Centre Rosalie Jetté, fusionné depuis avec les Centres jeunesse de Montréal. Sa carrière s’est poursuivie entre autres dans un groupe communautaire comme coordonnateur auprès de jeunes en difficulté et de jeunes contrevenants, dans le cadre de la Loi sur la Justice pénale pour Adolescents. Aussi, pendant plusieurs années, il a animé, au niveau communautaire, des groupes de parents d’adolescents en difficulté. « Tous mes champs d’intervention m’ont permis d’acquérir expériences, connaissances théoriques et une certaine capacité au niveau de l’écriture », souligne-t -il.

Le roman

Cette intrigue policière raconte l’histoire d’un bibliothécaire timoré et soumis, victime d’intimidation et de brimades durant sa jeunesse, qui subit une invasion de domicile dont les suites entraîneront de graves conséquences pour sa mère. Après que de vieilles douleurs se soient réveillées, tout se déglingue chez lui et un goût de punir les intimidateurs, devenus adultes, surgit. Jusqu’au ira-t-il dans ce besoin de vengeance ?

« J’ai enseigné 7 ans à l’école secondaire à des jeunes ayant des troubles d’apprentissage et de comportements. J’ai eu un jeune qui avait été intimidé et maltraité et qui avait 80 % des caractéristiques du personnage principal. L’histoire du livre est venue de là et ensuite c’est en écrivant que je voyais ce qu’allait faire le personnage. Les auteurs disent souvent que ce sont les personnages qui semblent mener l’histoire, ce que je viens de réaliser », souligne Jean Chapleau. Maintenant ce dernier adore la fiction, qui laisse beaucoup de liberté dans le récit.

Pour ce livre, Jean Chapleau a fait diverses recherches, notamment auprès d’un policier et d’un psychologue, afin de valider que l’histoire soit plausible.

Publié en autoédition, l’ouvrage est disponible sur commande seulement via LULU.com. Il sera livré par la poste dans un délai d’environ 5 jours ouvrables.

Partager cet article

3
Laisser un commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Lambert Jean-PierreAnne-Céline TremblayVicki Andrade Auteurs de commentaires récents
  S'abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Vicki Andrade
Guest

Félicitations M. Chapleau! C’est toujours un plaisir de voir vos livres publiés. 😊

Vicki Andrade, votre ancienne étudiante

Anne-Céline Tremblay
Guest
Anne-Céline Tremblay

Sujet très intéressant et d’actualité. J’aime beaucoup l’idée de partir d’une nouvelle et se rendre au roman. Quel travail passionnant !

Lambert Jean-Pierre
Guest
Lambert Jean-Pierre

Bravo Jean. L’écriture ne t’a pas lâché et c’est tant mieux.