Dons d’organes : À la conquête du plus haut sommet de l’Amérique du Nord

Par Luc Robert
Dons d’organes : À la conquête du plus haut sommet de l’Amérique du Nord
L’équipe du « Sept chanceux » répète les étapes, avant de s’envoler vers l’Alaska pour l’expédition. (Photo : courtoisie )

L’équipe du « Sept chanceux » s’envolera vers l’état de l’Alaska, le dimanche 2 juin prochain, pour réaliser l’ascension du mont Denali, dans le but se sensibiliser la population aux dons d’organes.

 

L’Adélois Michel Careau, pilote d’hélicoptère et alpiniste à ses heures, fera partie de l’équipe d’aventuriers. Ils grimperont le mont Denali, anciennement baptisé McKinley, qui culmine à 6 193 mètres d’altitude.

« Ça a été une grande décision de participer à cette expédition à bientôt 64 ans. J’ai décidé de foncer pour la bonne cause. Nous serons six personnes et un septième partenaire virtuel à prendre part à cette escalade permettant la sensibilisation aux dons d’organes en milieu scolaire », a déclaré M. Careau.

Trois semaines

Ainsi, l’expédition entamera son périple par la voie dite « normale », soit via la West Buttress. L’aventure s’étalera sur trois semaines, le retour étant prévu le 24 juin. « J’ai parfait ma préparation en montant le Mont-Tremblant, dans la neige et la boue, à une température de cinq degrés. J’ai mis quatre heures à gravir le sommet », indique M. Careau.

Dans sa tentative de fouler le haut du mythique pic américain, l’équipe du « Sept chanceux » s’associe aux dons d’organes et de tissus et à « Chaîne de vie ».

L’équipe qui espère faire flotter le drapeau de l’organisme au sommet de Denali est composée de : Alexis Nantel, alpiniste, randonneur et chef d’expédition (Saint-Charles-Borromée), Sylvain Béliveau, alpiniste, cycliste (Terrebonne), Stéphane Rousseau, alpiniste, randonneur (Saint-Cuthbert), Jérémie Gagnon-Plamondon, alpiniste, globe-trotter (Saint-Hubert), Léandre Gagné Lemieux, alpiniste, parapentiste et bio-mécanicien (Lévis-Lauzon), Michel Careau, alpiniste, fatbiker et pilote d’hélicos (Sainte-Adèle).

« Sur les trois semaines, nous vivrons deux semaines d’autonomie complète. Nous dresserons des tentes pour le coucher et pelletterons de la neige pour nous installer. Nous mangerons des portions déshydratées. Plusieurs des participants ont déjà gravi des montagnes. Nous ne partons pas à l’aveuglette », a spécifié M. Careau.

Pilote de l’hélico TVA

M. Careau est pilote d’hélicoptère et guide accompagnateur. Il passe ses temps libres dans la nature, en montagne, à pied ou sur son vélo. « Je suis prêt à 80 %. On est entraîné aux impondérables, comme se sortir des crevasses ou des trous, mais on sera prudents en tout temps. En juin, la neige est généralement tapée et les sentiers sont assez fréquentés. Ça rassure, s’il survenait une urgence. Le plus comique, c’est que le glacier, bouge : tu regardes derrière et tu constates que tes traces disparaissent. »

Pour info : chainedevie.org

Feuille de route

Michel Careau a été le pilote personnel de Pierre Péladeau. C’est aujourd’hui le principal pilote de l’hélico de TVA Nouvelles. Il travaille quatre jours par semaine, à partir de l’héliport de Mascouche.

« Je ne suis pas un spécialiste de l’escalade mais un aventurier amant de la nature. C’est enivrant de visualiser des si beaux paysages, vus d’en-haut. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de