Deux grands jérômiens jaseront hockey dans l’au-delà

Par Luc Robert
Deux grands jérômiens jaseront hockey dans l’au-delà

Deux figures dominantes de la région sont récemment décédées à Saint-Jérôme : l’ancien maire et sportif Jean-Claude Hébert, ainsi que le membre du Temple de la renommée du Hockey Laurentides-Lanaudière, Berchmans Camirand, ont été emportés par le cancer.

L’ex-maire Hébert est décédé à 76 ans. Conseiller municipal de 1981 à 1985, il a ensuite été le premier citoyen de 1985 à 1989. Il avait tenté à nouveau sa chance en 1993 à la mairie, mais avait été devancé au scrutin par Denis Germain.

L’ex-maire Jean-Claude Hébert. Photo : Courtoisie

« Jean-Claude avait des opinions tranchées, mais il ne comptait pas ses heures pour les jeunes. Il aimait la politique et suivait encore les assemblées du Conseil municipal, comme simple citoyen retraité. À l’époque des Jeux du Québec à Saint-Jérôme, il avait multiplié les démarches pour revamper l’aréna Melançon », s’est souvenu son coéquipier Normand Piché.

« Au hockey, il était un attaquant très intelligent et rapide, à 160 livres. Alors qu’il étudiait en éducation physique à Ottawa, le Canadien junior le faisait voyager en avion, pour qu’il vienne disputer leurs parties. Ça donne une idée de son talent. Ensuite, dans la ligue des retraités, il démontrait encore un bon coup de patin. Mais on le perdait assez vite en novembre, comme snowbird en Floride (rires) », a-t-il repris.

M. Hébert a connu deux saisons de 22 buts, avec les Alouettes de Saint-Jérôme et avec les Canadiens juniors de Montréal. Il a notamment participé à la création de la Ligue midget AAA du Québec et au lance-ment du circuit collégial AAA, avec Serge Savard. M. Hébert a aussi enseigné au Collège Lionel-Groulx.

Sélects du Nord

Par ailleurs, le départ de Berchmans Camirand, à l’âge de 85 ans, est survenu à Saint-Jérôme, le 8 mars dernier.

Co-fondateur des Sélects du Nord, il a agi comme premier gouverneur des équipes de 1984-1987. Il a compté plus de 50 années de bénévolat au sein du hockey mineur.

Berchmans Camirand avec le trophée du meilleur espoir de Dek hockey (– de 15 ans), remporté par son petit-fils Olivier. Photo : Famille Camirand

« Bert (son surnom) a dirigé contre moi, à l’époque, des face-à-face épiques entre Saint-Jérôme et Saint-Antoine. Autant il pouvait être sérieux et sévère derrière un banc, autant il était un bon tireur de pipe et comique dans la vie. Il aidait encore comme préposé aux billets, à la porte du tournoi atome, avec son épouse Fernande (Morin), même âgé de 80 ans. Un chic type, impliqué à 100 % dans le sport », a relaté Normand Piché.

L’ancien député Martin Camirand a tenu, pour sa part, à souligner le dévouement sans borne du paternel.

« Quand il adoptait une cause, c’était à vie. Il s’est battu pour que les personnes handicapées aient droit à une école adaptée, comme les autres enfants. Il a été un des précurseurs de la création de l’école Horizon Soleil. Même chose au hockey, son dévouement était total. »

Au niveau familial, le patriarche du clan était discret.

« Mon père était réservé à la maison, mais il s’allumait vite derrière le banc. La première fois qu’il m’a engurilandé… c’était à un match de hockey où j’ai manqué mon homme. Jamais il n’élevait le ton à la maison, par contre. Si tu y mettais du cœur, il était généreux avec toi. »

Les marques de sympathie peuvent se traduire par un don à la Maison de soins palliatifs de la Rivière-du-Nord.

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments