Des taxis électriques chinois pour Noël

Par Louise Guertin
Des taxis électriques chinois pour Noël


Le Guide de l'Auto

Article par Agence QMI

Par Francis Halin

Les 25 premiers taxis électriques du « Tesla chinois » BYD fraîchement arrivés au Québec devraient rouler sur les routes de la région montréalaise autour de Noël. « On a reçu avant-hier les 25 premiers véhicules E-Taxi BYD e6. Ça fait trois ans et demi que l’on a lancé le projet. Il y a eu beaucoup d’embûches », témoigne le cofondateur de E-Taxi, Fabien Cuong.

M. Cuong est un importateur d’autos qu’il vend à des propriétaires de taxi. Il a rencontré Le Journal près du chemin de fer du Canadien Pacifique (CP) d’où sont arrivées les voitures, dans l’arrondissement de Saint-Laurent, à Montréal.

En mars dernier, Le Journal avait appris de la bouche d’un vice-président du géant chinois BYD (Build Your Dreams) que son modèle vedette de taxis e6 venait d’être homologué par Transports Canada.

Chicane Canada-Chine
Puis les tensions entre la Chine et le Canada ont retardé la suite des choses.

« On était censé recevoir des véhicules l’année passée, mais avec les changements autour du projet de loi 17 et l’histoire avec Huawei, tout a été décalé », a précisé Fabien Cuong.

Huit mois plus tard, E-Taxi a annoncé mercredi que ses 25 premiers véhicules électriques chinois sont bel et bien arrivés ici. Un deuxième lot de 25 suivra à la fin de janvier. Fondé en 1995 à Shenzhen, en Chine, le constructeur BYD a vendu près de 250 000 véhicules l’an dernier, soit autant que Tesla. La compagnie a le soutien des milliardaires américains Warren Buffett et Bill Gates.

Avec un temps de recharge de deux heures, une autonomie de 400 kilomètres l’été et de 300 kilomètres l’hiver, la e6 conçue pour le taxi a vite attiré l’attention de l’entrepreneur québécois Fabien Cuong.

Concept tout inclus
Plutôt que de lancer sa compagnie de taxi conventionnelle, il a décidé d’importer la voiture électrique chinoise et de proposer avec elle un « forfait tout inclus » aux chauffeurs de taxi québécois.

Pour 250 $ par semaine, E-Taxi offre la voiture électrique, une borne faite au Québec, l’habillage, le taximètre intelligent, la caméra de sécurité, un an d’assurances et cinq ans de ligne cellulaire. Avec les rabais gouvernementaux de 16 000 $, la voiture revient à 47 000 $.

Quand on demande au patron d’E-Taxi si son entreprise a sollicité une aide financière du gouvernement, il répond du tac au tac que non. « E-Taxi ne bénéficie d’aucune subvention. Aucun argent public, entièrement privé. On est fier de le dire », a-t-il insisté.

Pour ce qui est de Téo Taxi, qu’il aurait bien aimé acheter, il se dit ouvert aux partenariats.« On est ouvert à rencontrer Pierre Karl Péladeau. Téo ou Taxelco pourrait très bien être un client de E-Taxi », a-t-il conclu.

Partager cet article